NOUVELLES
25/04/2018 13:31 EDT | Actualisé 25/04/2018 13:54 EDT

Des grutiers déposent une plainte au Protecteur du citoyen

Selon eux, des modifications à la formation des grutiers mettent en danger la sécurité du public.

ablokhin via Getty Images

Des grutiers de la FTQ-Construction, accompagnés d'un représentant d'une entreprise de grues, viennent de déposer une plainte au Protecteur du citoyen, affirmant que des modifications à la formation des grutiers mettent en danger la sécurité du public.

Le directeur de l'Union des opérateurs grutiers, de la FTQ-Construction, Evans Dupuis, a rencontré la presse aux côtés du représentant des Grues Mammoet, mercredi, juste après le dépôt de sa plainte auprès du Protecteur du citoyen, à Montréal.

Depuis quelque temps déjà, ceux-ci se plaignent du fait que des modifications au règlement, qui viennent d'être publiées dans la Gazette officielle, vont permettre aux personnes non diplômées d'obtenir un certificat de compétence apprenti pour le métier de grutier autrement qu'en obtenant un diplôme d'études professionnelles en conduite de grues.

Courtoisie
Des grutiers ont déposé une plainte au Protecteur du citoyen, mercredi.

«On juge que le public va être en danger avec le projet de règlement qui a été déposé. C'est le public qui va être en danger, parce qu'on vient diminuer la formation pour les grutiers», a critiqué Evans Dupuis.

La Commission de la construction affirme que bien au contraire, les nouvelles règles seront plus strictes qu'avant.

La CCQ dit vouloir ainsi combler une éventuelle pénurie de main-d'oeuvre. La chef de section aux affaires publiques, Mélanie Malenfant, a souligné qu'on procède déjà ainsi pour les autres métiers de la construction et que la modification ne fait que mettre la formation de grutier au même niveau que les autres.

Elle ajoute aussi qu'une formation en entreprise sera donnée et que les employeurs pourront n'embaucher que des grutiers qui ont un diplôme d'études professionnelles en conduite de grues s'ils le désirent.

Et elle assure qu'aucun compromis n'a été fait sur la sécurité.

En 2017, 1130 grutiers ont été actifs dans les chantiers du Québec.