DIVERTISSEMENT
24/04/2018 09:14 EDT | Actualisé 24/04/2018 09:15 EDT

Francis Dupuis-Déri déconstruit le mythe de la masculinité

Il s'agit d'un mythe qui remonte en fait jusqu'à il y a au moins 500 ans.

Dans son nouveau livre «La Crise de la masculinité: Autopsie d'un mythe tenace», l'auteur, politologue et enseignant en science politique à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Francis Dupuis-Déri, s'attelle à déboulonner un mythe.

«La crise de la masculinité est un discours qui laisse entendre que les hommes vont mal et souffrent à cause des femmes, que ce soient les conjointes ou les ex-conjointes, les mères dites dominatrices. [...] C'est un discours principalement antiféministe qui est contre l'égalité entre les sexes», explique d'entrée de jeu Francis Dupuis-Déri, qui insiste sur le fait que le phénomène est «un discours et non une réalité».

Marie-Claude Lepiez

Si l'auteur avoue que la parution de son livre est pertinente en 2018, alors que fusent les accusations d'inconduite sexuelle et que certains mouvements comme #AgressionNonDénoncée et #MeToo ont engendré un «certain renouveau du féminisme», il souligne toutefois que le discours de la crise de la masculinité remonte en fait jusqu'à il y a au moins 500 ans en Occident.

«On le retrouve aussi dans des pays comme l'Inde, le Japon, l'Iran, entre autres. C'est un discours que j'étudie dans son histoire et son actualité planétaire», ajoute-t-il.

Un mythe qui remonte à loin

Pour illustrer l'ancienneté du discours de la crise de la masculinité, Dupuis-Déri fait allusion au sénateur romain Caton, qui a vécu 200 ans avant Jésus-Christ.

«Caton s'inquiétait que les femmes romaines prenaient trop de place dans l'espace public. Elles militaient pour avoir le droit de conduire les chars et de s'habiller avec des couleurs vives. Selon lui, les femmes romaines étaient arrogantes au point qu'elles dominaient les hommes dans l'espace public et domestique», raconte-t-il.

Le politologue souligne que de constater que le mythe remonte à aussi loin entraîne à lui seul des remises en doute sur son fondement.

«Pas de nouvelles, bonnes nouvelles»

Francis Dupuis-Déri n'a pas encore reçu de réactions quant à son nouveau livre, ce qui détonne légèrement de ses dernières publications.

«Curieusement, je n'ai pas encore reçu de courriels d'insulte. Généralement, dans les dernières années, quand je prenais position sur ce sujet-là, je recevais des insultes, des critiques, des menaces. Pour l'instant, c'est tranquille», explique-t-il.

«La Crise de la masculinité: Autopsie d'un mythe tenace», que son auteur considère comme étant féministe et opposé au masculinisme, est d'ores et déjà disponible en librairie.