NOUVELLES
23/04/2018 09:02 EDT | Actualisé 23/04/2018 14:17 EDT

Une adolescente de 13 ans aurait subi un viol collectif à Montréal-Nord

La jeune victime a refusé de dénoncer ses agresseurs par crainte de représailles.

Trois adolescents - deux garçons et une fille - ont comparu vendredi au Tribunal de la jeunesse à Montréal pour répondre

à des accusations liées à un viol collectif commis sur une adolescente de 13 ans le mois dernier. Un quatrième adolescent sera accusé plus tard cette semaine.

Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), l'agression serait survenue le samedi 24 mars, entre 20h et 23h30, dans un appartement situé à Montréal-Nord.

Ce n'est que plusieurs jours plus tard, soit le 30 mars, que la police a été informée de l'incident.

La relationniste du SPVM Andrée-Anne Picard confirme que la victime et les suspects se connaissaient et qu'ils se trouvaient tous ensemble à une fête privée.

Les autorités n'ont toutefois pas voulu divulguer si d'autres personnes étaient présentes dans l'appartement au moment du viol.

Selon Cogeco Nouvelles, la seule fille accusée dans cette affaire aurait filmé les scènes qui ont ensuite été partagées sur les applications Whatsapp et SnapChat.

Toujours selon Cogeco Nouvelles, c'est le frère aîné de la victime qui aurait aperçu les images et reconnu sa soeur; il aurait alors alerté leur père.

Le SPVM confirme que c'est un appel au 9-1-1 placé par un membre de la famille qui a déclenché l'enquête.

Jeudi dernier, la police a procédé à l'arrestation de cinq suspects âgés de 13 à 16 ans.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) confirme que vendredi, trois adolescents ont été accusés d'agression sexuelle avec la participation d'une autre personne, d'agression sexuelle armée, de séquestration, de possession, de production et de distribution de pornographie juvénile.

En raison de la gravité des accusations, la Couronne s'est opposée à leur remise en liberté. Ils seront de retour en cour, mercredi, pour subir leur enquête pour remise en liberté provisoire.

Un quatrième adolescent qui, lui, a pu recouvrer sa liberté en attendant la suite des procédures comparaîtra jeudi matin pour répondre à des accusations similaires.

Pour l'instant, le cinquième adolescent arrêté ne fait face à aucune accusation, mais le SPVM précise que l'enquête n'est pas encore terminée.