NOUVELLES
22/04/2018 15:23 EDT | Actualisé 22/04/2018 15:43 EDT

Mitt Romney échoue à obtenir une nomination républicaine pour le Sénat

Il devra faire face à une primaire.

Jim Urquhart / Reuters

Mitt Romney a échoué dans sa quête d'une nomination républicaine en Utah pour le Sénat lors d'un rassemblement du parti ce week-end. Il devra passer par la primaire, dont l'élection aura lieu le 26 juin.

L'ancien candidat républicain à la présidence de 2012 a pourtant reçu l'aval du président Donald Trump pour remplacer le sénateur Orrin Hatch qui prendra sa retraite à la fin de son mandat cet automne. Romney n'a pu obtenir les 60% d'appuis nécessaires pour obtenir la nomination ce week-end et devra affronter le représentant Mike Kennedy dans la primaire.

Kennedy a obtenu un peu plus de vote de la délégué à la convention, 51% contre 49%, selon le Salt Lake Tribune. Toutefois, le résultat de la convention est souvent considéré comme un indicateur peu fiable des préférences des républicains de l'État en général. Par exemple, le sénateur Hatch n'avait pu obtenir la nomination lors de la convention, mais avait remporté la primaire avec une avance de 30% sur son rival.

Romney s'est montré positif à l'issu du résultant. «Ceci est formidable pour les gens de l'Utah, et je remercie les délégués qui sont restés tard pour me donner leur appui», a-t-il déclaré après le vote. «On va avoir une bonne primaire.»

L'ancien gouverneur du Massachusetts a longtemps possédé une demeure dans l'Utah et y est populaire. Il devrait continuer à voguer vers la victoire - autant à la primaire qu'à l'élection générale.

Malgré que Romney ait accepté l'endossement de Trump, le républicain de longue date n'a pas pour autant tu ses critiques envers le président, particulièrement concernant la rhétorique de ce dernier sur les immigrants.

Samedi, Romney s'est gardé de dire s'il souhaitait la réélection de Trump en 2020, soutenant qu'il prendrait cette décision «en temps et lieu».

«Étant une personne avec une certaine expérience politique, si j'appuie quelqu'un, je vais vouloir savoir pourquoi ce serait bon pour l'Utah et quel aide il pourrait nous apporter sur les priorités clés de l'État», a-t-il indiqué à CNN.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.