POLITIQUE
22/04/2018 19:24 EDT | Actualisé 22/04/2018 19:24 EDT

Couillard se félicite de la volte-face du gouvernement sur Sainte-Justine

Il a soutenu que le gouvernement «écoute ce que dit la population».

Gonzalo Fuentes / Reuters

Le premier ministre Philippe Couillard s'est félicité dimanche de la décision de son gouvernement de renoncer à l'intégration des conseils d'administration du centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

De passage au cégep Dawson pour y rencontrer des leaders de la communauté anglophone de Montréal, M. Couillard a dit avoir constaté que «clairement, dans la communauté pédiatrique, les gens qui s'occupent des enfants, estiment avec raison vivre une réalité différente ou distincte de celle des soins pour adulte».

Il a ajouté que le gouvernement «écoute ce que dit la population».

«Les gens trouvent, avec raison, que Sainte-Justine est un trésor pour le Québec, a-t-il lancé. On veut absolument que les gens qui y travaillent se sentent motivés et aient la nette conviction que le gouvernement tient leur travail en très, très haute estime.»

Vendredi, près de trois ans après ce que le premier ministre a qualifié «d'intégration» des conseils d'administration des deux établissements, le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette a annoncé qu'il présenterait un décret prochainement au conseil des ministres pour «procéder au dégroupement» de ces conseils d'administration, qui pourraient entrer en vigueur dès septembre prochain.

M. Barrette n'avait pas précisé davantage les raisons qui ont poussé le gouvernement à changer d'idée.Dans son communiqué, il a rappelé qu'il avait procédé à ce regroupement «afin d'améliorer le continuum de soins de l'enfance à l'âge adulte».

Malgré la volte-face de son gouvernement, M. Couillard a continué dimanche de défendre la décision qui avait suscité une levée de boucliers, de la part de l'hôpital pédiatrique surtout, qui s'inquiétait d'être «noyé» dans la médecine adulte, dans un contexte de vieillissement de la population. Une manifestation contre la fusion avait eu lieu le mois dernier, avec l'appui notamment du père de l'assurance-maladie, Claude Castonguay.

Comme son ministre, M. Couillard a souligné l'importance de continuer de suivre l'état de santé d'un patient lorsqu'il passe de l'adolescence à l'âge adulte.

«Nous tenions à ce qu'il y ait une continuité de soins lorsque l'enfant arrive à 18 ans, qu'on ne lui dise pas: 'voici la porte qui s'ouvre, débrouille-toi'», a-t-il plaidé.

Le gouvernement estimait qu'en intégrant les deux conseils d'administration, cet objectif pouvait être atteint. Il s'est avisé que «cela pouvait être possible (par la conclusion) d'entente réciproque» entre les deux établissements, a ajouté M. Couillard.

Vendredi, la présidente du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) de Sainte-Justine, la docteure Valérie Lamarre, avait affirmé que l'hôpital avait déjà commencé à ressentir des effets «insidieux» de cette intégration, notamment sur la gouvernance de son laboratoire.

«On a perdu la gouvernance de nos laboratoires en 2017 au CHU Sainte-Justine (...) et on n'a pas senti qu'on avait la défense nécessaire de la spécificité pédiatrique dans ce dossier-là par notre administration. Le combat n'a pas été mené par notre administration comme on l'aurait souhaité, a-t-elle expliqué. C'est très insidieux ces trucs-là, on ne s'en rend pas nécessairement compte, mais les batailles qui doivent être menées ne le sont pas toujours avec autant de vigueur, et tranquillement pas vite, eh bien, tu deviens moins performant.»