NOUVELLES
21/04/2018 19:04 EDT | Actualisé 21/04/2018 19:04 EDT

Le mobilier du Ritz à Paris s'envole aux enchères pour 7,3 millions d'euros

Le montant de la vente représente sept fois l'estimation qui était d'un million d'euros.

Bertrand Rindoff Petroff/Getty Images

La vente aux enchères du mobilier du Ritz à Paris a atteint la somme de 7,3 millions d'euros, "un record mondial pour une vente de mobilier d'hôtel", a annoncé samedi la maison de vente Artcurial.

A l'encan, les meubles et objets du palace de la place Vendôme ouvert en 1898 par César Ritz ont fait mieux que ceux de ses concurrents parisiens du Crillon (5,9 millions en 2013) ou du Plaza Athénée (1,4 million en 2013), mais aussi que ceux d'autres hôtels dans le monde.

"Le Ritz a suscité un engouement extraordinaire, attirant des acheteurs du monde entier", a déclaré à l'AFP le commissaire priseur Me François Tajan, président délégué d'Artcurial, "un peu exténué" par la vente qui s'est déroulée sur cinq jours.

Le montant de la vente (7,3 millions d'euros avec frais) représente 7 fois l'estimation (hors frais) qui était de 1 million d'euros.

La totalité des 3400 lots a été vendue, dont 95% au-dessus de l'estimation.

Près de 50% des lots ont été adjugés sur internet, qui "a été un vecteur du succès de la vente", a souligné Me Tajan.

Propriété du milliardaire égyptien Mohamed Al-Fayed depuis 1979, le palace de la place Vendôme, qui a rouvert en juin 2016 après quatre ans de travaux, avait accumulé en 120 ans, au fil de ses transformations successives, des quantités impressionnantes d'objets et meubles.

Baignoires, lits, bureaux, coiffeuses, chaises, porte-torchères, harpe, linge de bain, embrasses à rideaux... plus de 10 000 pièces provenant du luxueux palace de la Place Vendôme cherchaient preneur.

Avant la vente, Artcurial avait organisé des expositions publiques des objets en Autriche, Allemagne, Italie et France, attirant un total de 13 000 personnes.

L'exposition à Paris, dans une scénographie très étudiée, a attiré 11 000 personnes.

La vente s'est étalée du 17 au 21 avril au siège d'Artcurial.

Les estimations (hors frais) des lots allaient de 100 euros pour un plafonnier à 10 000 euros pour une paire de torchères en bronze qui décoraient l'entrée du Ritz. Ce lot phare a été adjugé 54 600 euros.

Mais dans les dernières heures de la vente, il s'est fait voler la vedette par un lot comprenant un bureau et une chaise "de style Louis XV" (des copies donc), provenant de la suite de la créatrice de mode Coco Chanel. Estimé 600 à 800 euros, ce lot a été adjugé 182 000 euros. Ce qui en fait le lot le plus cher de la vente.

"C'est un collectionneur européen qui l'a acquis, avec d'autres lots", a indiqué Me Tajan.

Misant sur le raffinement, le Ritz avait su attirer des hôtes célèbres comme l'écrivain Ernest Hemingway ou la grande créatrice Coco Chanel, qui y vivait à demeure et s'y est éteinte.

Me Tajan reconnaît qu'il y a eu parfois des "prix hallucinants". "C'est de l'irrationnel dans le bon sens, c'est le côté magique" du lieu.

"Des gens voulaient un petit morceau d'histoire, de rêve, qu'incarne le Ritz".

Artcurial avait déjà organisé les ventes du mobilier de l'hôtel de Crillon (situé place de la Concorde) , du Plaza Athénée (avenue Montaigne) et du célèbre restaurant gastronomique la Tour d'Argent.