NOUVELLES
20/04/2018 13:02 EDT | Actualisé 20/04/2018 13:02 EDT

La prison à vie pour l'Américaine Lindsay Souvannarath qui avait planifié une tuerie à Halifax

Elle n'a jamais exprimé de remords.

Lindsay Souvannarath avait plaidé coupable, l'an dernier, à des accusations de complot pour meurtre.
La Presse canadienne
Lindsay Souvannarath avait plaidé coupable, l'an dernier, à des accusations de complot pour meurtre.

Une Américaine qui avait comploté pour se livrer à une tuerie de masse dans un centre commercial de Halifax en février 2015 a été condamnée vendredi à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant dix ans.

Lindsay Souvannarath avait plaidé coupable, l'an dernier, à des accusations de complot pour meurtre. Un complice et elle avaient planifié d'ouvrir le feu dans l'aire de restauration rapide du Halifax Shopping Centre le 14 février, jour de la Saint-Valentin. «Mademoiselle Souvannarath voulait assassiner plus de gens que les 13 personnes qui avaient subi le même sort à l'école secondaire Columbine», a expliqué le juge Peter Rosinski, de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse.

Le magistrat a déclaré vendredi que la femme de 26 ans représente une menace à la sécurité publique, et que ce statut ne changera pas. Il a rappelé qu'elle n'avait exprimé aucuns remords et n'avait pas renoncé à ses motivations idéologiques derrière le complot.

Le juge Rosinski a rappelé que les complices avaient prévu se présenter au centre commercial avec un fusil de chasse, une carabine de calibre .308 «et un couteau pour achever les blessés». Il est d'avis que la tuerie de masse aurait bel et bien été commise si elle n'avait pas été déjouée par la police grâce aux informations anonymes d'un citoyen.

Pour déterminer la peine, le magistrat a dit s'être inspiré en partie des principes qui s'appliquent dans les causes de terrorisme. Le juge a admis que les mobiles et les intentions dans cette affaire ne sont pas précisément comparables à ceux d'un acte terroriste. Mais ce crime, a-t-il dit, exige du tribunal qu'il envoie un message fort à ceux qui songent à se livrer à une tuerie de masse: «ils paieront le prix fort».

Souvannarath avait été arrêtée à l'aéroport de Halifax, où elle arrivait depuis Chicago. Son complice, James Gamble, s'est suicidé quand les policiers ont encerclé sa résidence de Halifax. Un troisième complice a déjà été condamné à dix ans de prison.

En tenant compte du temps passé en détention préventive, Souvannarath sera admissible à une libération conditionnelle dans sept ans. Elle a dû fournir un échantillon d'ADN et après sa libération, elle ne pourra posséder d'arme à feu pendant au moins 10 ans.

Elle a refusé de s'adresser au tribunal, vendredi, avant de connaître sa peine.