NOUVELLES
20/04/2018 18:41 EDT | Actualisé 20/04/2018 18:41 EDT

Les écoles disent n'être pas prêtes à recevoir plus de demandeurs d'asile

Les écoles québécoises ressentent de la pression alors que les demandeurs d'asile continuent d'affluer.

Les écoles québécoises ressentent de la pression alors que les demandeurs d'asile continuent d'affluer à la frontière entre le Québec et les États-Unis.

L'une des plus grandes commissions scolaires de la région de Montréal affirme avoir reçu un nombre record de nouveaux étudiants cette année, dont 700 sont des demandeurs d'asile, selon une porte-parole.

Gina Guillemette, de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, indique que les écoles ont dû aménager des classes mobiles pour satisfaire à la demande, mais elles cherchent désespérément de l'espace et des professeurs spécialisés.

Le président d'un syndicat représentant des enseignants et des employés d'école en banlieue sud de Montréal a pour sa part souligné que la demande pour des classes d'accueil avait doublé au cours des deux dernières années.

Éric Gingras reconnaît que le gouvernement du Québec a augmenté ses investissements en éducation, mais selon lui, cela ne suffit pas face à la demande accrue.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a déclaré plus tôt cette semaine qu'environ 2500 enfants avaient été ajoutés au système scolaire québécois depuis l'arrivée massive des migrants — ce qui est l'équivalent de cinq écoles primaires.