POLITIQUE
19/04/2018 18:07 EDT | Actualisé 19/04/2018 18:07 EDT

Montréal dégage un surplus de presque 140 M$

L'opposition accuse la mairesse d'avoir menti à la population pour hausser les taxes.

Olivier Robichaud

La Ville de Montréal a dégagé un surplus de 139,5 M$ en 2017. L'administration Plante et l'opposition tentent tous deux de s'attribuer le crédit de cette réussite.

Le rapport financier 2017 a été publié jeudi. On y lit que la Ville a engrangé 313,6 M$ de plus que budgété, une somme contrebalancée par des dépenses plus élevées de quelque 174,1 M$.

Cette situation contraste avec celle présentée en septembre, alors que Denis Coderre était toujours maire de Montréal. On prévoyait alors que la métropole se dirigeait vers un déficit de 48,4 M$.

«L'exercice financier 2017 a ceci de particulier qu'il constitue le premier bilan financier présenté par notre équipe. Il dresse un bilan de la dernière année financière et de la transition entre l'administration précédente et notre administration», souligne la mairesse Valérie Plante.

Mme Plante s'est félicitée pour la «prudence fiscale» et les décisions politiques de son administration.

«Un marché immobilier en bonne santé a également permis à la Ville de générer des revenus au-delà des prévisions pour des montants de 58,5 M$ au chapitre des droits de mutation, et de 25,6 M$ en matière d'émission de permis de construction. Il y a toutefois des facteurs externes qui doivent inciter à la prudence. Nous nous engageons donc à maintenir une gestion financière rigoureuse et transparente», ajoute le président du comité exécutif et responsable des finances, Benoit Dorais.

Lionel Perez, qui a pris la tête du parti de M. Coderre après le départ de ce dernier, croit toutefois que le crédit revient à son équipe.

«Ça démontre à quel point on avait de la rigueur. C'est nous qui avons remis Montréal en ordre financièrement», lance-t-il.

D'ailleurs, le surplus est presque identique à celui enregistré en 2016, dernière année complète de l'administration Coderre.

M. Perez estime que la mairesse doit utiliser cette somme pour annuler une partie de l'importante hausse de taxes imposée dans le budget 2018, surtout pour le secteur non-résidentiel.

Le chef de l'opposition rappelle que l'équipe de Mme Plante a fait miroiter un «trou» budgétaire de 358 M$ au lendemain des élections. Il accuse la mairesse d'avoir «menti à la population» afin de justifier une hausse de taxes.

Ce chiffre représentait toutefois des prévisions pour 2018. Il n'a donc rien à voir avec les résultats financiers présentés jeudi.

Par ailleurs, on note également que la Ville a réussi à investir plus de 1,4 G$ sur les 1,8 G$ planifiés pour 2017 dans le Plan triennal des immobilisations. Le taux de réalisation des projets a donc atteint 77,3 %, soit le taux le plus élevé enregistré depuis de nombreuses années.

Le rapport financier complet peut être consulté ici.