DIVERTISSEMENT
18/04/2018 10:02 EDT | Actualisé 18/04/2018 10:02 EDT

Meags Fitzgerald signe l’affiche du prochain Festival BD de Montréal

«Je voulais m'aventurer dans des avenues que je n'ai pas l'habitude d'emprunter...»

Alex Tran

Encore quelques semaines à patienter avant de découvrir la programmation du Festival BD de Montréal (FBDM), qui se tiendra du 25 au 27 mai prochain, à l'Espace La Fontaine. Mais en attendant, HuffPost Québec s'est entretenu avec Meags Fitzgerald, l'artiste anglophone qui a imaginé l'affiche de la 7e édition.

Auteure de deux romans graphiques, dont le remarqué Longs cheveux roux (disponible en français aux Éditions Pow Pow), Meags Fitzgerald partage son temps entre le dessin et l'illustration. L'affiche qu'elle vient de réaliser pour le FBDM suit une flopée de participations pour d'autres manifestations artistiques. Cette fois, la jeune femme de 30 ans voulait faire quelque chose de très différent.

«Le grand défi d'un illustrateur, c'est à chaque fois de faire preuve d'originalité», raconte Meags Fitzgerald. «En ce qui concerne le FBDM, je voulais m'aventurer dans des avenues que je n'ai pas l'habitude d'emprunter, comme le dessin en trois dimensions. Je voulais ajouter de la profondeur à mon univers.»

Le résultat est franchement réussi. L'illustratrice basée à Montréal a dessiné des auteurs anonymes de bande dessinée aux tailles disproportionnées. Au milieu, on peut voir une dessinatrice plongeant son pinceau dans l'eau d'une fontaine et, plus loin, un homme tentant de rassembler une collection de livres de la hauteur d'un bâtiment de la ville.

«En général, on montre les dessinateurs seuls dans leur atelier de travail. Je ne voulais surtout pas répéter ces images, alors, j'ai plutôt opté pour une scène extérieure dans laquelle on observe les personnages en contact avec la nature et la métropole», explique-t-elle.

Festival BD de Montréal

Un message d'inclusion

Comme dans la vraie vie, le monde de l'artiste est pluriel. L'affiche aux teintes pastel et aux visages naïfs reconstituant le Parc Lafontaine – là où se déroule chaque année le festival de BD – regorge de diversité.

«À l'avant-plan, on ne sait pas si c'est un garçon ou une fille», précise-t-elle. «Cette figure androgyne, située à côté d'une femme de couleur, donne à l'ensemble un message d'inclusion, c'est d'ailleurs pourquoi mon travail met en scène plusieurs individus d'origines diverses.»

En bas à droite, il y a également une bande de jeunes que l'on peut apercevoir en train de sauter de joie au milieu du parc. L'illustratrice, qui prépare une suite fictionnelle à son dernier roman graphique abordant le célibat, sait que la jeunesse est à la fois l'avenir d'un festival et celui de la bande dessinée.

«C'est ma vision d'un festival qui a toujours eu ce souci de mettre les familles à l'avant-plan», ajoute-t-elle, «Le FBDM est un événement qui prend soin des artistes, et le fait qu'il soit gratuit et ouvert à tous montre combien qu'il prend à cœur sa mission de faire connaître la bande dessinée au plus grand nombre», conclut-elle.