POLITIQUE
18/04/2018 07:44 EDT | Actualisé 18/04/2018 07:45 EDT

Demandeurs d'asile: Ottawa répond à la lettre du Québec

Le ministre Hussen dit comprendre les préoccupations du Québec, mais...

Le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen
Chris Wattie / Reuters
Le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen

Le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen, a finalement répondu à la lettre que le gouvernement du Québec lui avait fait parvenir il y a près d'un mois pour réclamer un remboursement des sommes allouées à la prise en charge des demandeurs d'asile.

Celui qui avait fait preuve de réticence le mois dernier, semble aujourd'hui laisser la porte ouverte à la négociation.

Dans la réponse, dont La Presse canadienne a obtenu copie, le ministre Hussen dit comprendre les préoccupations du Québec, mais signale qu'il attend toujours la ventilation du soutien financier demandé. Le Québec réclame 146 millions $.

«Nous sommes actuellement aux prises avec un défi important», écrit-il tout en appelant à poursuivre la collaboration avec le gouvernement québécois.

Il note que seulement quatre lieux d'hébergement temporaires pour les demandeurs d'asile sont présentement disponibles dans la province alors qu'il y en avait 13 l'été dernier, «ce qui risque de créer des retards à la frontière et d'entraîner une situation humanitaire inacceptable».

Le Québec a atteint la limite de sa capacité d'accueil et ne compte plus accueillir l'excédent à compter du 24 avril dans ses centres d'hébergement temporaire à Montréal.

Le ministre québécois de l'Immigration, David Heurtel, doit se rendre à Ottawa mercredi pour discuter de la question des migrants irréguliers. Il exigera du gouvernement Trudeau qu'il s'implique davantage dans l'accueil des demandeurs d'asile en provenance des États-Unis, afin notamment de mieux les répartir à travers le pays.

Le Québec a reçu près de 25 000 demandeurs d'asile en 2017, soit la moitié du nombre total reçu dans l'ensemble du pays. La province recevait auparavant environ 3500 demandeurs d'asile annuellement.

Dans sa lettre, le ministre Hussen rappelle les mesures déjà mises en place par Ottawa pour alléger le fardeau financier du Québec comme la réduction du délai pour l'octroi de permis de travail de trois mois à trois semaines. Il souligne également que les demandeurs d'asile bénéficient d'une couverture médicale fédérale et donc que leurs soins de santé ne coûtent rien au Québec.