NOUVELLES
17/04/2018 21:06 EDT | Actualisé 17/04/2018 21:06 EDT

Pensionnats autochtones: le pape n'a pas refusé de s'excuser, disent des évêques

Les excuses du pape figuraient parmi les 94 recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation.

NurPhoto via Getty Images

La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) croit qu'il est injuste de suggérer que le pape François refuse de s'excuser aux survivants des pensionnats autochtones.

L'organisation religieuse a envoyé des documents d'explication aux députés et sénateurs canadiens afin de s'exprimer sur les «malentendus et erreurs de fait» qui se seraient retrouvés dans les médias quant à la décision du pape de ne pas s'excuser personnellement pour le rôle de l'Église catholique romaine dans la gestion de ces écoles.

Dans ces quelques pages, la CECC indique qu'en raison de la structure décentralisée de l'Église, il ne serait pas approprié pour le pape de s'excuser. Le Saint-Père a jugé que les évêques sur le terrain étaient les mieux placés pour entamer une véritable réconciliation avec les peuples autochtones.

Les excuses du pape figuraient parmi les 94 recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation.

À la fin du mois dernier, l'évêque Lionel Gendron, qui dirige la Conférence des évêques catholiques du Canada, a envoyé une lettre aux peuples autochtones du Canada pour annoncer «qu'après avoir examiné attentivement la demande et l'avoir discutée abondamment avec les évêques du Canada, (le pape) était d'avis qu'il ne peut pas y répondre personnellement».

Cette lettre a beaucoup déçu les dirigeants autochtones et le premier ministre Justin Trudeau, qui avait personnellement fait cette demande au pape lors de sa visite au Vatican il y a un an.

Ce dernier développement a aussi amené le Nouveau Parti démocratique (NPD) à proposer une motion afin de demander aux évêques d'inviter le pape au Canada pour qu'il s'excuse. La motion est appuyée par le gouvernement libéral et devrait être débattue la semaine prochaine à la Chambre des communes.

Dans les documents envoyés par la CECC cette semaine, l'organisation rappelle que ni l'Église catholique, ni la conférence ont été impliquées dans la gestion des écoles.

«Environ 16 diocèses catholiques romains sur 61 au Canada ont été associés aux anciens pensionnats indiens, en plus de quelque trois douzaines sur plus d'une centaine d'instituts catholiques. Chaque diocèse et chaque institut sont une personne morale légalement responsable de ses actes», indique-t-on.

Ces diocèses et instituts indépendants se sont depuis excusés et ont déboursé près de 60 millions $ en indemnités en vertu d'une entente à l'amiable conclue en 2006.

«Les évêques du Canada, par le biais de la CECC, ont plusieurs fois exprimé leurs regrets et leur remords pour la participation de divers catholiques aux anciens pensionnats», est-il écrit.

Selon les documents, le pape François «reste ouvert» à une éventuelle visite au Canada «au moment opportun».

«Conscient de la douleur des peuples autochtones, il veillera certainement à ce que cette visite comporte une rencontre significative avec eux.»

VOIR AUSSI: