POLITIQUE
16/04/2018 17:05 EDT | Actualisé 16/04/2018 17:05 EDT

Identité: un candidat libéral se défend d’avoir contredit son parti

Ceci dit, Charles Poulin va entreprendre une tournée pour entendre les citoyens à ce sujet, entre autres.

Facebook/Charles Poulin

QUÉBEC - Charles Poulin, le candidat libéral dans la circonscription de Saint-François, s'est retrouvé sous les feux de la rampe du dossier identitaire moins de 48 heures après son investiture.

En entrevue sur les ondes du 107,7 FM en Estrie, M. Poulin a admis que c'était un enjeu «très complexe». «Dans le Parti libéral, il y a le mot "liberté", donc on croit beaucoup à la liberté des individus, mais en même temps, c'est important que les services soient rendus à visage découvert», a-t-il dit.

Il ajoute du même souffle que les personnes en position d'autorité, comme les policiers ou les juges, doivent arborer une «très grande neutralité».

Vient-il contredire la position de son parti? Non, répond-t-il. «La position que je défends, c'est celle de mon parti qui a fait consensus, répond M. Poulin en entrevue avec le HuffPost Québec. Les services publics doivent être donnés et reçus à visage découvert.»

Le directeur des communications du Parti libéral du Québec, Maxime Roy, considère que son candidat ne va «pas du tout» à l'encontre de la ligne du parti.

Selon M. Poulin, il n'y aurait aucun problème à permettre un policier de porter le turban ou le hijab dans le cadre de son travail. «La neutralité religieuse de l'État n'est pas celle des personnes qui y travaillent», soutient le candidat.

Il compte toutefois prendre le pouls de ses concitoyens pour faire le point sur divers enjeux et n'exclut pas de modifier sa position sur l'identité.

«Je pense que le consensus que le parti a, en ce moment, correspond à ce que mes concitoyens veulent. Mais on continue la campagne et on verra», souligne-t-il.

M. Poulin est propriétaire d'une clinique de physiothérapie à Coaticook et actif dans l'association libérale de sa circonscription depuis une quinzaine d'années. Il va tenter de succéder au député libéral Guy Hardy, qui a annoncé son départ de la politique.

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?
Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

À voir aussi sur le HuffPost:

Galerie photoLes députés provinciaux qui quittent la vie politique en 2018 Voyez les images