NOUVELLES
16/04/2018 11:38 EDT | Actualisé 16/04/2018 14:45 EDT

Syrie: la Russie pourrait avoir «falsifié» des preuves sur le site de Douma

«Nous craignons qu'ils ne l'aient altéré dans l'intention de contrecarrer les efforts de la mission de l'OIAC pour mener une enquête efficace.»

La Russie a peut-être visité le site d'une attaque chimique présumée à Douma, en Syrie, et aurait "falsifié" des preuves, a déclaré lundi l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

"Les Russes pourraient avoir visité le site de l'attaque. Nous craignons qu'ils ne l'aient altéré dans l'intention de contrecarrer les efforts de la mission de l'OIAC pour mener une enquête efficace", a déclaré l'ambassadeur, Ken Ward, lors d'une réunion à l'OIAC à La Haye.

"Cela soulève de sérieuses questions sur la capacité de la mission d'enquête de faire son travail", a-t-il ajouté lors d'un discours auquel l'AFP a pu avoir accès.

L'OIAC tenait lundi une réunion d'urgence sur la Syrie, au coeur de crispations internationales après une attaque présumée à Douma aux "gaz toxiques", le 7 avril, qui fait l'objet d'une enquête d'experts internationaux dépêchés dans le pays.

Les enquêteurs de l'OIAC, qui n'ont toujours pas eu accès à Douma en raison de "problèmes de sécurité", arriveront d'ailleurs mercredi pour enquêter sur l'attaque au gaz présumée, selon l'ambassade russe auprès de l'OIAC.

"Mercredi, nous prévoyons l'arrivée des experts de l'OIAC", a déclaré un haut responsable russe lors d'une conférence de presse à l'ambassade de Russie à La Haye, expliquant que les routes menant à Douma devaient encore être débarrassées des mines.

Ken Ward a appelé les 41 membres du conseil exécutif de l'OIAC à "condamner le gouvernement syrien pour son règne de terreur chimique et à exiger que les responsables de ces odieuses attaques rendent des comptes à la communauté internationale".

Il a également exhorté la Syrie à "mettre fin à cette mascarade", à "cesser immédiatement toutes ces attaques" et à "déclarer et démanteler immédiatement tout le contenu de son programme d'armes chimiques".