NOUVELLES
15/04/2018 11:35 EDT | Actualisé 15/04/2018 11:35 EDT

Une tournée dans plusieurs écoles du Québec pour inciter les enfants à récupérer

Elle comprendra des journées d'activités gratuites offertes dans des écoles primaires de la province.

Getty Images/Image Source

De nombreux élèves du Québec seront sensibilisés à l'importance de récupérer les contenants consignés dans le cadre d'une vaste tournée dont le coup d'envoi a été donné dimanche.

Cette initiative est directement liée à Consignaction, un amalgame de plusieurs programmes qui sont pilotés par l'organisme Boissons Gazeuses Environnement (BGE).

La tournée comprendra des journées d'activités gratuites qui seront offertes dans des écoles primaires de la province.

Elle se poursuivra jusqu'au 23 juin avant de reprendre dès la prochaine rentrée scolaire.

À terme, le directeur des opérations de BGE, Frédérick St-Onge, espère que 35 000 enfants de cinq à 12 ans auront pu être sensibilisés.

Il explique que les jeunes participants auront la possibilité d'accumuler de nouvelles connaissances dans un contexte ludique.

«Les enfants apprennent par le jeu et l'action à reconnaître les bouteilles et les cannettes qui peuvent être consignées et comment en disposer», résume M. St-Onge.

«C'est important d'éduquer les jeunes en bas âge. Ça va leur permettre de développer de bonnes habitudes de vie. Puis, ils vont les reproduire à la maison. Éventuellement, bien sûr, ça va faire de meilleurs citoyens», ajoute-t-il, enthousiaste.

Frédérick St-Onge soutient que dans la province, 76 pour cent des contenants consignés en circulation finissent par être recyclés.

Il indique qu'à première vue, ce résultat peut certes sembler élevé, mais il s'empresse de dire qu'«il y a toujours bien du chemin à faire».

La preuve: de nos jours, il y a encore environ 1,3 million de contenants consignés qui se retrouvent à la poubelle et ce, sur une base quotidienne.

«C'est à travers des initiatives comme la tournée qu'on va collectivement réussir à augmenter ce taux-là», souligne M. St-Onge.

«Il faut interpeller les enfants le plus tôt possible. Régulièrement, il y a de nouveaux contenants pouvant être consignés et ils ne sont pas toujours au courant», conclut-il.