POLITIQUE
15/04/2018 13:21 EDT | Actualisé 15/04/2018 13:21 EDT

Le premier ministre de la Colombie-Britannique John Horgan compte toujours faire obstruction à Trans Mountain

MM. Horgan et Trudeau et Mme Notley sont réunis à Ottawa, dimanche.

PC/Justin Tang
Le premier ministre Justin Trudeau entouré du premier ministre de la Colombie-Britannique John Horgan, à gauche, et de la première ministre de l'Alberta Rachel Notley.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a affirmé que sa rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau et la première ministre de l'Alberta Rachel Notley n'avait rien fait pour entamer sa volonté de continuer ses efforts contre l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain entre les deux provinces.

MM. Horgan et Trudeau et Mme Notley sont réunis à Ottawa, dimanche, pour tenter de trouver une solution à l'impasse entre la Colombie-Britannique et l'Alberta qui pourrait mener à l'abandon du projet d'oléoduc.

M. Horgan a indiqué que M. Trudeau avait présenté des «mesures financières et législatives» pour faire progresser le projet, sans donner plus de détails. Néanmoins, il a souligné que le premier ministre n'avait fait aucune menace et avait indiqué clairement qu'il n'avait aucunement l'intention de punir les résidants de la Colombrie-Britannique pour leur opposition au projet.

Mme Notley a déclaré que le gouvernement fédéral et celui de l'Alberta avaient convenu d'un plan pour éliminer le risque des investisseurs entourant le projet d'expansion de Trans Mountain.

Par conséquent, a-t-elle soutenu, l'oléoduc «sera construit», bien qu'elle n'ait pas voulu fournir de détails.

L'opposition de M. Horgan à Trans Mountain serait la raison principale pour laquelle l'entreprise Kinder Morgan a mis les freins sur les dépenses jugées non essentielles relativement au projet il y a une semaine.

Kinder Morgan a accordé à M. Trudeau jusqu'à la fin mai pour trouver une solution qui offrirait aux investisseurs une certaine garantie que le projet pourra aller de l'avant.