NOUVELLES
15/04/2018 11:13 EDT | Actualisé 15/04/2018 11:13 EDT

Deux hommes noirs arrêtés assis au Starbucks pour «intrusion»

Le bureau du procureur général de Philadelphie a jugé qu'il y avait «manque d'évidence» que les hommes ont commis un crime.

Une vidéo montrant des policiers de Philadelphie passant les menottes à deux hommes noirs dans un Starbucks est devenue virale déclenchant une vague d'indignation face à une situation qui ressemble à du racisme, mais le commissaire de la police insiste que ses agents n'ont «absolument rien fait de mal».

L'auteure Melissa DePino a tweeté une vidéo jeudi montrant les agents escortant deux hommes noirs hors du Starbucks de Center City alors que les autres clients se demandaient pourquoi les hommes étaient arrêtés.

«La police a été appelée parce que les hommes n'avaient rien commandé», a écrit DePino sur Twitter. «Ils attendaient un ami, qui est arrivé alors qu'ils étaient sortis en menottes pour n'avoir rien fait. Tous les autres gens blancs se demandent pourquoi ça nous est jamais arrivé quand on fait la même chose.»

DePino a raconté à Billy Penn que l'incident est survenu vers 16h30 jeudi, et qu'une amie à elle a tourné la vidéo.

Le clip montre un homme en veste demandant pourquoi une arrestation est en cours. Laurent A. Wimmer, l'avocate pour la paire arrêtée, a indiqué à BuzzFeed que l'homme avec la veste est Andrew Yaffe, un ami qui venait rencontrer les hommes au Starbucks. Elle n'a pas voulu nommer ses clients.

«Pourquoi ont-ils été arrêtés?», demande Yaffe à un agent dans la vidéo. «Parce qu'il y a deux gars noirs assis ici pour me rencontrer?»

Une autre voix peut être entendue disant «ils n'ont rien fait. J'ai tout vu.»

Wimmer a expliqué à BuzzFeed qu'une gérante blanche du café avait demandé à la paire de quitter quand ils sont entrés et qu'ils n'ont rien commandé. Selon Wimmer, les hommes ont dit qu'ils attendaient quelqu'un, et la gérante a appelé la police.

Philly Voice a partagé une deuxième vidéo, plus longue, apparue sur YouTube qui montre un agent disant à Yaffe que les deux autres individus étaient arrêtés pour «intrusion». Yaffe réplique en arguant que ce qu'ils sont en train de faire est de la «discrimination».

Ben Waxman, un porte-parole pour le bureau du procureur général de Philadelphie, a expliqué au HuffPost américain que les deux hommes ont été libérés à 13h30 vendredi. Il a confirmé qu'aucune accusations ne seraient portées contre eux.

«Nous avons décidé de ne pas porter des accusations contre les deux hommes parce qu'il n'y a pas assez de preuve qu'un crime a été commis», a déclaré Waxman.

Le Service de police de Philadelphie n'a pas répondu aux demandes d'entrevue du HuffPost, mais le commissaire Richard Ross a soutenu dans une vidéo Facebook Live samedi après-midi que les agents «n'avaient absolument rien fait de mal». Ils ont répondu à un appel, a-t-il dit, rapportant un «dérangement» et une «intrusion».

Les employés de Starbucks ont déclaré aux agents que les deux hommes avaient demandé la permission d'utiliser les toilettes, selon Ross. Les employés ont soutenu avoir dit à la paire que les toilettes étaient pour les clients payants et leur ont demandé de quitter, et elle aurait refusé. Les hommes auraient alors répondu d'appeler la police.

Selon Ross, les policiers ont demandé «poliment» aux hommes de quitter plusieurs fois et ils ont continué de refuser et ont été rude envers les agents. «Les agents ont suivi notre politique. Ils ont fait ce qu'ils étaient supposés faire», a-t-il assuré.

«En tant qu'afro-américain, je suis conscient des biais implicites», a-t-il ajouté, notant que tous les agents reçoivent un «entraînement sur les biais implicites».

La vidéo (en anglais) peut être vue ici:

Lorsque questionné par le HuffPost, un porte-parole de Starbucks a référé aux déclarations de la compagnie sur Twitter.

«Nous nous excusons auprès des deux individus et à nos clients nous sommes déçus que ceci ait mené à une arrestation», peut-on lire. «Nous considérons ces questions comme sérieuses et clairement nous avons du travail à faire sur comment nous gérons les incidents dans nos boutiques.» La déclaration indique aussi que la compagnie reverrait ses politiques.

Plus tard samedi, le PDG Kevin Johnson s'est excusé dans une déclaration, soutenant que la compagnie avait «débuté une enquête en profondeur de nos pratiques». Johnson a dit qu'il rencontrerait le vice-président régional à Philadelphie avec des leaders de la communauté et les forces de l'ordre et «espère rencontrer personnellement les deux hommes qui ont été arrêtés».

«Notre gérante n'a jamais eu l'intention de faire arrêter les hommes et cela n'aurait jamais dû devenir aussi gros que ce l'est devenu», a-t-il présenté en excuse.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.