NOUVELLES
14/04/2018 16:42 EDT | Actualisé 14/04/2018 16:42 EDT

Des manifestants veulent «rendre sa grandeur à la science» aux États-Unis

À Washington, quelques centaines de manifestants ont exprimé leur mécontentement face à l'actuelle situation politique américaine et ses conséquences sur l'environnement et la science.

Alexander Pohl/NurPhoto via Getty Images
Une pancarte titrant «La science n'est pas un fait alternatif».

Donald Trump un "génie très stable"? Pour Isaac Newton, ou tout du moins un manifestant de Washington affublé d'un déguisement à l'effigie du père de la théorie de la gravitation universelle, rien n'est moins sûr.

"Connaissant plusieurs génies, et en étant un moi-même, je me permettrais de dire que c'était une affirmation plutôt vantarde de sa part", assure "Newton", Dean Howarth au civil, au sujet de cet autoportrait controversé du président américain. Ce professeur de physique de Virginie est venu samedi dans la capitale à la "Marche pour la science" organisée dans plusieurs villes des Etats-Unis.

A Washington, quelques centaines de manifestants ont exprimé leur mécontentement face à l'actuelle situation politique et ses conséquences sur l'environnement et la science: le président républicain climato-sceptique Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, soutient l'industrie du charbon malgré la pollution et a dérégulé plusieurs normes environnementales.

Le tout sans avoir encore nommé son principal conseiller scientifique.

"Rendre sa grandeur à la science", affichait la pancarte d'un manifestant, clin d'oeil évident au slogan de campagne du milliardaire, "Rendre sa grandeur à l'Amérique" ("Make America Great Again").

"Une science efficace dépend d'une démocratie efficace", a martelé lors de son adresse sur scène Sheila Jasanoff, célèbre professeure à Harvard.

David Titley, professeur, officier à la retraite et ancien responsable du groupe de recherche de la marine américaine chargé du changement climatique, a rappelé à la foule l'importance de la connaissance scientifique.

"La science est ce qui sépare les faits des sophismes, des erreurs et du fanatisme. Si on ignore et dénigre la science, ça sera à notre péril", a-t-il averti.