NOUVELLES
13/04/2018 23:06 EDT | Actualisé 13/04/2018 23:15 EDT

Frappes ciblées contre la Syrie, un «message clair à Assad»

«Il est clair que le régime Assad n'avait pas reçu le message l'an dernier», a déclaré le ministre américain de la Défense Jim Mattis.

Les frappes menées pendant une heure contre le programme d'armement chimique de la Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont envoyé un "message clair" au président syrien Bachar al-Assad, a estimé le ministre américain de la Défense Jim Mattis.

"Il est clair que le régime Assad n'avait pas reçu le message l'an dernier", a déclaré M. Mattis, rappelant la frappe américaine d'avril 2017 sur la base militaire d'Al-Chaayrate, près de Homs, après une attaque à l'arme chimique imputée à Damas.

"Cette fois-ci, nos alliés et nous avons frappé plus fort. Nous avons lancé un message clair à Assad et à ses lieutenants: ils ne doivent pas perpétrer une autre attaque à l'arme chimique car ils devront rendre des comptes", a ajouté le ministre de la Défense au cours d'une rare conférence de presse.

"Il est temps pour toutes les nations civilisées de s'unir de façon urgente et de mettre fin à la guerre civile en Syrie en appuyant le processus de paix des Nations Unies à Genève", a-t-il conclu.

Le chef d'état-major, le général Joe Dunford, a indiqué que les forces occidentales avaient frappé vendredi à 21H00 trois cibles liées au programme d'armement chimique syrien, l'une près de Damas et les deux autres dans la région de Homs, dans le centre de la Syrie.

A 22H00, ces frappes étaient "terminées", a ajouté le général Dunford, précisant qu'aucune perte américaine n'était à déplorer.

Le chef d'état-major français, le général François Lecointre, était présent lors de la conférence de presse au Pentagone.

Le général Dunford a indiqué qu'aucune autre opération n'était prévue pour l'instant, précisant que les alliés avaient pris soin d'éviter de toucher les forces russes, massivement présentes dans le pays, et que Moscou n'avait pas été averti à l'avance de l'intervention.