BIEN-ÊTRE
13/04/2018 06:40 EDT | Actualisé 13/04/2018 10:05 EDT

Cette blogueuse répond aux agents de sécurité qui lui ont demandé de se rhabiller à cause de son poids

«Nous allons porter ce que nous voulons, là où nous le voulons.»

Les discriminations liées au poids ont un nom. C'est ce qu'on appelle la "grossophobie". Une blogueuse influente, aux États-Unis, en a récemment fait les frais. Dans une publication partagée sur son profil Instagram, ce mercredi 11 avril, Anna O'Brien décrit l'expérience stigmatisante qu'elle vient de vivre, à l'occasion d'une séance photo en bikini, dans l'enceinte d'un grand hôtel de Las Vegas.

"Je trouve ironique le fait que j'ai pu prendre des photos en maillot de bain partout dans le monde et que le seul endroit où l'on m'a dit de me couvrir était Las Vegas", peut-on lire en légende du cliché de l'Instagrammeuse, auteure du blog beauté pour femmes rondes "Glitter and Lazers".

Alors qu'elle était en train de prendre la pose dans un bikini à motifs peau de serpent, un agent de sécurité est venu demander à la jeune femme de 33 ans de se rhabiller. Elle avait pourtant reçu une autorisation au préalable de la part du responsable de la communication.

I find it ironic that I've taken photos in swimsuits all over the world and the one place I was told to cover up was Las Vegas. Sure, thin girls in thongs and pasties are A OK but a plus girl in a full coverage suit, trying to take an epic editorial shot- now that's just too much. Jokes on them though, I'd already gotten the perfect photo. They can't erase this happened. I'm learning as I push myself to do more editorial type concepts, the push back is greater. But that's why I push. It's more than just a girl in the city of sin in a bikini, It's a statement. We will be seen. We're not hiding anymore. And we're going to wear whatever we want, wherever we want. Not just in Vegas. EVERYWHERE. Change is coming; the question is are you going to stand in the way or help us push through? Bikini by @curvybeach #lasvegas #plussize #fashion #bodypositive #confidence #idowhatiwant 📸 @larabellenewyork

Une publication partagée par Glitter (@glitterandlazers) le

Rien n'y fait. "Il m'a dit de me remettre mes vêtements car je n'étais pas autorisée à être en maillot de bain, explique la new-yorkaise à Yahoo Lifestyle. J'ai essayé de lui parler calmement mais il ne voulait rien entendre." De fait, elle retourne dans sa chambre. Puis finalement, redescend avec son photographe. Mais cette fois, dans un maillot de bain une pièce, pensant que ça pourrait passer.

Là encore, elle est empêchée. Un second agent de sécurité lui demande d'aller mettre des vêtements. La jeune femme raconte qu'il ne lui a pas dit explicitement que c'était à cause de son poids. Mais cette dernière en est certaine. Autour d'elle, d'autres femmes, plus minces, se baladaient habillées, comme elle, d'un simple maillot de bain.

Pas son dernier mot

Anna O'Brien n'a pas dit son dernier mot. Sur Instagram, elle conclut, au nom de toutes les femmes qui n'ont pas la taille "idéale": "Tout le monde va nous voir. Nous ne nous cachons plus. Et nous allons porter ce que nous voulons, là où nous le voulons. Pas seulement à Las Vegas. Partout. Le changement est en cours."

Comme le sien, le combat de d'autres femmes pour l'acceptation de soi se font entendre aujourd'hui. La mannequin grande taille Ashley Graham milite régulièrement dans ce domaine. Il lui arrive notamment de donner des conseilles aux femmes pour ne plus dissimuler leur cellulite ou pour apparaître au naturel. En France, Gabrielle Deydier a fait de son poids une force. Elle est l'auteure du livre à succès "On ne naît pas grosse", dans lequel elle raconte comment elle a accepté son corps tel qu'il est.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

Voir aussi: