BIEN-ÊTRE
13/04/2018 15:07 EDT | Actualisé 13/04/2018 15:07 EDT

4 signes qu’il est temps de consulter un psychologue

« Le mal-être psychologique a encore des lettres de noblesse à gagner. »

Getty Images/iStockphoto

Bien que de nombreuses initiatives voient le jour pour la démystifier, dont Bell Cause pour la cause, la santé mentale demeure un sujet tabou dans notre société actuelle.

Pourquoi? Parce que la santé mentale n'est pas bien comprise.

« En effet, c'est plus abstrait qu'une fracture au tibia, disons. Encore aujourd'hui, trop de gens pensent que la personne qui fait une dépression majeure, c'est quelqu'un qui manque de motivation et qui ne se prend pas en main, alors que c'est une maladie grave. Le mal-être psychologique a encore des lettres de noblesse à gagner... », explique Dr Christine Grou, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec.

Pour renverser la vapeur, Dr Grou croit que l'éducation est la meilleure des armes. Mais, le fait de côtoyer des gens atteints de problèmes de santé mentale est aussi d'une grande aide.

Ainsi, les nombreux « coming out » dans le milieu artistique et le monde des affaires contribuent à éliminer les stigmas et aident ceux qui souffrent en silence.

Les 4 signes

Le moteur de la consultation en psychologie est souvent lié à un mal-être qui perdure. Toutefois, la présidente de l'Ordre des psychologues du Québec a identifié les quatre plus grands motifs qui amènent les gens à consulter.

1- Lorsqu'on éprouve de la souffrance

« Les gens ne savent pas de quoi ils souffrent, mais ils arrivent avec une détresse, une souffrance et veulent l'aborder, parce qu'ils ne se sentent pas bien. »

2- Lorsque le problème est identifié

« Ça c'est très fréquent! Les gens vont voir leur médecin de famille, qui identifie le problème et leur conseille d'aller consulter un psychologue. »

3- Lorsqu'on pense avoir un problème

« Le cas typique est le parent qui fait évaluer son enfant pour un trouble de déficit d'attention ou d'anxiété et, en répondant aux questions, il réalise que peut-être lui aussi en souffre. »

4- Lorsqu'on vit un sentiment de vulnérabilité lors d'un passage de vie difficile

« On change d'emploi, on déménage, les enfants partent de la maison, on vit un deuil et ça ne nous tente pas de vivre ça seul. Ça, c'est de la prévention. Ces gens-là ne sont pas nécessairement en détresse, mais ils ont envie de se donner les moyens de ne pas vivre ça seul. »

Pas de mauvais moment

En fait, Dr Christine Grou explique qu'il n'y a pas de mauvais moment pour consulter. Ainsi, rien ne sert d'attendre d'être au fond du baril avant de demander de l'aide.

De plus, il est tout à fait légitime de changer de spécialiste, si la connexion ne se fait pas.

« La démarche psychothérapeutique est basée sur la confiance. Alors, au-delà de la compétence du psychologue, de sa formation, son approche, ses heures de disponibilités, son adresse et ses tarifs, il est important de sentir qu'on est capable d'établir une relation de confiance avec lui », conclut Dr Grou.

Pour trouver un psychothérapeute dans votre ville, veuillez consulter le site officiel de l'Ordre des psychologues du Québec au www.ordrepsy.qc.ca