NOUVELLES
12/04/2018 13:45 EDT | Actualisé 12/04/2018 13:45 EDT

Les États-Unis réduisent une autre de leurs exigences clés pour l'ALÉNA

Mais d'autres questions ne sont toujours pas réglées.

Pool via Getty Images

Les États-Unis ont réduit une autre de leurs principales exigences dans les négociations de l'Accord de libre-échange nord-américain, cette fois en abaissant de 10 points de pourcentage la proportion de pièces nord-américaines que devront contenir les véhicules automobiles afin de pouvoir éviter un tarif.

En vertu de cette nouvelle proposition, les véhicules automobiles devront être composés à 75 pour cent de pièces nord-américaines, plutôt qu'à 85 pour cent tel qu'exigé précédemment.

Washington a déjà accepté d'abandonner sa demande voulant que tous les véhicules comportent au moins 50 pour cent de pièces américaines.

Les Américains proposent maintenant que les constructeurs automobiles puissent obtenir des crédits, pour les aider à atteindre le seuil de 75 pour cent, lorsqu'ils adoptent certains comportements, comme le versement de salaires plus élevés, ce qui devrait profiter à la production hors Mexique.

Mais d'autres questions ne sont toujours pas réglées.

Les États-Unis tentent de faire adopter une entente dès ce printemps, et les équipes de négociation se rencontrent à Washington cette semaine. Toutefois, d'après un horaire que La Presse canadienne a pu consulter, les équipes qui traitent de certains points litigieux comme les produits laitiers et le processus de résolution de conflits ne se rencontrent pas.

Les plans en vue d'une éventuelle annonce cette semaine, dans la cadre du Sommet des Amériques au Pérou, ont été abandonnés. Le président américain Donald Trump a d'abord annulé sa participation au sommet, puis son responsable du commerce, Robert Lighthizer, a lui aussi indiqué qu'il ne s'y présenterait pas.