POLITIQUE
11/04/2018 10:36 EDT | Actualisé 11/04/2018 15:02 EDT

Immigration: la CAQ met l'économie du Québec en péril, dit Dominique Anglade

Cinquante-deux pour cent des emplois créés au Québec depuis 2006 ont été comblés par des immigrants.

La Presse canadienne

Accueillir 10 000 immigrants de moins par année, comme le propose la Coalition avenir Québec (CAQ), nuira à la croissance économique du Québec, ont décrié deux ministres du cabinet Couillard mercredi, chiffres à l'appui.

En point de presse à l'Assemblée nationale, la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, et le ministre de l'Immigration, David Heurtel, ont affirmé que si le plan de la CAQ était appliqué, 6000 postes au Québec resteraient vacants. La deuxième année, ce serait 12 000 postes, et la troisième année, 18 000 postes.

Cinquante-deux pour cent des emplois créés au Québec depuis 2006 ont été comblés par des immigrants, a fait valoir la ministre Anglade, s'appuyant sur des données de Statistique Canada.

De plus, selon les chiffres d'Emploi Québec, 1,3 million d'emplois seront à combler d'ici 10 ans. "On a un besoin criant de travailleurs", a déclaré Mme Anglade.

"Cette position-là (celle de la CAQ) va à l'encontre du développement économique du Québec, de notre croissance, de la création d'emplois qui sont payants", a-t-elle soutenu.

Les ministres s'en sont également pris à l'idée de la CAQ d'imposer un test de valeurs aux nouveaux arrivants, un "test d'exclusion" selon eux, ainsi qu'un test de français.

En cas d'échec après trois ans, l'immigrant n'aurait pas droit au certificat de sélection délivré par le Québec. Le chef de la CAQ, François Legault, a déjà évoqué la possibilité d'offrir une reprise après la quatrième année de séjour à ceux qui auraient échoué à un test de français.

Mercredi, M. Legault a de nouveau défendu ses positions en matière d'immigration. Un changement d'approche s'impose, a-t-il argué, considérant que des 50 000 immigrants reçus par le Québec annuellement, 26 pour cent quittent la province après cinq ans, et le reste fait face à un taux de chômage de 15 pour cent.

"Si vous faites un petit calcul là, avec un gouvernement de la CAQ qui va accepter 40 000 immigrants, qui va bien les intégrer, va bien les choisir en fonction entre autres de leurs qualifications, il va y avoir avec la CAQ plus de gens au travail chaque année qui viennent de l'immigration que ce qu'on voit actuellement avec le Parti libéral", a-t-il déclaré.

Le chef caquiste s'est aussi permis de décocher une flèche bien sentie à l'endroit de son ancienne alliée. "Dominique Anglade était d'accord pour réduire le nombre d'immigrants en 2012. Est-ce qu'elle est crédible aujourd'hui d'avoir changé d'idée?" a-t-il demandé.

Le gouvernement Couillard propose de maintenir les taux d'immigration actuels, c'est-à-dire entre 49 000 et 54 000 immigrants par année.

Un sondage mené par la firme Léger pour le réseau LCN suggère que 53 pour cent des répondants voudraient "maintenir" ou "augmenter" l'immigration. Trente pour cent seraient d'accord pour la réduire, tandis que 14 pour cent voudraient "l'arrêter complètement".

Selon le même coup de sonde, la CAQ récolterait aujourd'hui 34 pour cent des appuis, comparativement à 29 pour cent pour les libéraux, 21 pour cent pour le Parti québécois (PQ) et neuf pour cent pour Québec solidaire (QS).

Voir aussi:

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!