POLITIQUE
11/04/2018 15:11 EDT | Actualisé 11/04/2018 15:12 EDT

Bill Morneau veut discuter de l'oléoduc Trans Mountain... à huis clos

«Je ne négocierai pas sur la place publique.»

Chris Wattie / Reuters

Peu importe les tractations qui se déroulent en coulisses, le ministre des Finances affirme que le gouvernement fédéral n'a pas l'intention de dévoiler son plan pour sauver le projet de prolongement de l'oléoduc Trans Mountain.

De passage à l'Université Ryerson de Toronto, mercredi, Bill Morneau a confirmé qu'Ottawa étudie plusieurs options afin de s'assurer que l'oléoduc soit construit entre l'Alberta et la Colombie-Britannique. Une contribution financière du gouvernement fédéral au projet pourrait même être envisagée.

Kinder Morgan, l'entreprise derrière le projet, a fait monter la pression cette semaine en annonçant qu'elle mettait fin à toutes ses dépenses non essentielles liées à l'oléoduc jusqu'à ce qu'elle obtienne la certitude que la construction ne sera pas bloquée par le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique.

Le ministre Morneau a déclaré que tout investissement fédéral dans l'oléoduc devrait d'abord faire l'objet de négociations derrière des portes closes avec Kinder Morgan et les deux provinces concernées.

Le ministre des Finances devait s'entretenir avec la première ministre de l'Alberta Rachel Notley, mercredi, pour réitérer la "ferme détermination" du gouvernement Trudeau de sauver le projet.

Selon M. Morneau, cette détermination a été reconfirmée, mardi, lors d'une réunion d'urgence du cabinet à Ottawa. Il ne précise toutefois pas si le fédéral considère la possibilité de punir financièrement la Colombie-Britannique, en retenant des paiements de transferts fédéraux à la province, par exemple.

"Je ne négocierai pas sur la place publique", a répondu Bill Morneau, qui ne croit pas que les menaces puissent améliorer les choses.