NOUVELLES
11/04/2018 14:59 EDT | Actualisé 11/04/2018 15:53 EDT

ALÉNA: les producteurs laitiers voient une lueur d'espoir pour la gestion de l'offre

Sans aller jusqu'à dire qu'il était optimiste, le président des Producteurs de lait du Québec a affirmé que son niveau de confiance était un peu plus élevé.

Grigorenko via Getty Images

L'intensification des négociations dans le but de conclure une entente visant à renouveler l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) pourrait profiter aux défenseurs de la gestion de l'offre, estiment les Producteurs de lait du Québec.

Sans aller jusqu'à dire qu'il était optimiste, leur président, Bruno Letendre, a affirmé mercredi, en marge de l'assemblée annuelle qui se déroule à Québec jusqu'à jeudi, que son niveau de confiance avait monté d'un cran.

À son avis, si les Américains souhaitent vraiment en arriver à un accord avant l'échéance du mois prochain, ils pourraient être enclins à faire plus de concessions et laisser tomber certaines demandes, comme l'abolition du système canadien régissant les productions de lait, d'oeufs et de volaille.

"Nous demeurons inquiets, a-t-il pris soin de rappeler au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse canadienne, en marge de son allocution devant les producteurs. Je ne suis pas négociateur de formation, mais lorsqu'on veut une entente parce que l'on est pressé, il faut faire des concessions."

C'est en octobre que les États-Unis ont réclamé la fin définitive du système de la gestion de l'offre d'ici les dix prochaines années, une idée qui, selon le gouvernement Trudeau, est vouée à l'échec.

Si cette demande a moins fait les manchettes au cours des dernières semaines, c'est parce qu'Ottawa a continué à maintenir la ligne dure en refusant d'aborder une éventuelle disparition de ce système, a estimé M. Letendre.

Certains Américains sont pressés d'en finir avec ces négociations, notamment les agriculteurs, avant les élections de juillet au Mexique et les élections de mi-mandat aux États-Unis en novembre.

Déjà aux prises avec une mauvaise saison et des marchés à la baisse pour les céréales, les fermiers - qui ont beaucoup voté pour Donald Trump - craignent d'éventuelles représailles de partenaires des États-Unis, notamment la Chine, qui pourraient être frappés par des tarifs douaniers sur l'acier, l'aluminium et d'autres exportations.

"L'administration Trump n'a pas beaucoup d'amis ces temps-ci, a ironisé M. Letendre, faisant référence aux tensions commerciales provoquées par la Maison-Blanche. Peut-être qu'elle s'en cherche (avec l'ALÉNA)."

En janvier, une coalition de producteurs avait dévoilé une étude commandée au cabinet PwC suggérant que de 58 000 à 80 000 emplois - dont 26 000 au Québec - seraient menacés chez les producteurs d'oeufs et de volaille au pays advenant la disparition de la gestion de l'offre.

Ces chiffres s'ajoutent aux quelque 24 000 postes qui, selon une enquête commandée au Boston Consulting Group (BCG) par Agropur en 2015, seraient en jeu dans le secteur laitier.

La modernisation du traité de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique demeure une épée de Damoclès au-dessus de la tête des fermiers, qui ont fait les frais des dernières ententes commerciales, a rappelé le président des producteurs laitiers.

En plus des 17 700 tonnes supplémentaires de fromages spécialisés qui entreront progressivement au Canada en vertu de l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne (UE), les agriculteurs n'ont pas été épargnés par le Partenariat transpacifique global et progressiste paraphé au début du mois de mars.

Cette version amendée du Partenariat transpacifique prévoit toujours que le Canada offrira un accès de 3,25 pour cent à son secteur laitier, 2,3 pour cent au marché des oeufs et 2,1 pour cent à celui du poulet.

"Nous aimerions bénéficier d'une stabilité et être tranquilles, a indiqué M. Letendre. Nous sommes pas mal tannés des ententes. Au moins, les producteurs ne réagissent pas négativement. Ils font quand même des investissements et regardent en avant."

Selon les données des Producteurs de lait du Québec, les investissements en machinerie, équipement et dans les bâtiments ont atteint 526 millions $ en 2016.

_ _ _

La production laitière québécoise en 2017:

- 5308 fermes laitières.

- 3,3 milliards de litres.

- 2,58 milliards $ générés par les ventes de lait.

- 83 000 emplois générés par l'industrie.

- 110 usines de transformation, dont 54 artisanales.

(Source: rapport annuel des Producteurs de lait du Québec)