POLITIQUE
10/04/2018 19:36 EDT | Actualisé 10/04/2018 19:36 EDT

«Véritables citoyens» : Philippe Couillard rectifie ses propos du bout des lèvres

La ministre de la Justice a toutefois balancé du kérosène sur le feu.

LA PRESSE CANADIENNE

QUÉBEC – On a d'abord cru à un lapsus, puis les propos ont été corrigés du bout des lèvres.

Après avoir dit que la question des signes religieux n'interpellait pas les «véritables citoyens du Québec», le premier ministre Philippe Couillard a soutenu à l'entrée de son caucus matinal que ce n'est pas ce qu'il voulait dire. Sa ministre de la Justice a par la suite balancé du kérosène sur le feu, en affirmant que la Coalition avenir Québec (CAQ) ne représentait que les «familles blanches, francophones».

Lundi, le premier ministre Couillard accusait le Parti québécois (PQ) et la CAQ de s'intéresser à des «enjeux imaginaires» lorsqu'ils s'aventuraient sur le terrain identitaire. «Je pense qu'on essaie de dévier les débats de notre société, a-t-il dit. C'est pas mal plus réel aujourd'hui de parler de mobilité, d'économie, d'emplois, de développement régional.»

Les travaux parlementaires ont donc repris dans une ambiance survoltée, lors de la période de questions de mardi, avec le chef péquiste Jean-François Lisée appelant au respect des opinions de tous les Québécois. M. Couillard, de son côté, a ironisé en demandant pourquoi le PQ voulait «générer un enjeu, peut-être même une crise sociale» pour remonter dans les sondages. Il ne s'est pas excusé.

« Je n'en reviens tout simplement pas que le premier ministre qui a fait une déclaration aussi irrespectueuse des Québécois et des membres de cette Assemblée qui sont en désaccord avec lui!» s'est indigné M. Lisée. Ce à quoi M. Couillard a répliqué qu'aucun jeune, lors du congrès de Force Jeunesse samedi, ne lui a parlé des enjeux d'identité.

«On a parlé d'éducation, de services de garde, de finances publiques, de la dette : voilà les sujets réels du peuple réel du Québec», a énuméré le premier ministre, reprenant sensiblement le même libellé que la veille.

Duel Roy-Vallée

Mais le véritable affrontement a eu lieu lorsque Nathalie Roy, porte-parole de la CAQ en matière de laïcité, est revenue à la charge quelques minutes plus tard. «Hier, le premier ministre a tenu des propos inacceptables et terriblement blessants envers ceux qui ne pensent pas comme lui au sujet des signes religieux chez les policiers.»

«Le gouvernement libéral doit cesser de regarder la population de haut», a renchéri Mme Roy.

La ministre Vallée a bondi de son siège et a accusé la formation politique de Mme Roy de «taper sur les minorités, de taper sur les nouveaux arrivants» avec des tests de valeurs et des publicités négatives. «La députée de Montarville, c'est le vrai visage de la CAQ!»

«Oui, un visage qui ressemble à celui des familles du Québec aussi», a répondu Mme Roy.

«Selon elle, quelles sont les familles du Québec? Les familles blanches, francophones, c'est ça, les familles du Québec selon la CAQ? » a vociféré Mme Vallée.

La CAQ a réagi dans une déclaration transmise mardi soir que les propos de Mme Vallée sont «odieux» et qu'elle devrait les retirer.

«Il ne se passe plus une journée à l'Assemblée nationale sans que les libéraux insultent tous ceux qui ne pensent pas comme eux sur les enjeux d'identité. C'est symptomatique d'un parti en fin de régime qui panique à l'idée de perdre le pouvoir après 15 ans», a commenté Guillaume Simard-Leduc, directeur des relations médias.