NOUVELLES
10/04/2018 12:14 EDT | Actualisé 10/04/2018 14:00 EDT

Moins cher et plus d’emplacements pour les 10 ans de Bixi

Les vélos seront aussi disponibles en de nouveaux endroits.

HuffPost Québec

Le service de vélo-partagé Bixi offrira un tarif réduit de 2$ par déplacement pour les étudiants et les aînés, alors qu'il entame sa 10e saison. De nouveaux secteurs seront aussi desservis.

Dès aujourd'hui, les usagers peuvent enfourcher à nouveau un vélo Bixi. À condition qu'ils puissent braver le froid.

En plus du tarif réduit, les usagers pourront se procurer un forfait de 10 déplacements pour 25$.

Vélos et tricycles électriques

La société Bixi Montréal testera cette année un tout premier vélo électrique. Le nombre, le coût et l'emplacement de ces véhicules ne sont pas encore connus, mais Bixi Montréal souhaite les implanter dans des secteurs plus éloignés dès cet été. Les détails seront connus avec les résultats d'un appel de propositions lancé récemment.

Parallèlement, des tricycles seront déployés pour remorquer les vélos Bixi dans certains secteurs. Selon Christian Vermette, directeur général de Bixi, certaines rues sont trop exiguës pour accueillir les camions-remorques utilisés jusqu'ici.

Selon M. Vermette, les tricycles seront également électriques afin d'épargner les jambes des employés. Ceux-ci devront tout de même faire preuve d'un certain niveau d'athlétisme.

Nouveaux secteurs l'an prochain

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a répété mardi qu'elle souhaite étendre le service Bixi à d'autres arrondissements. Actuellement, l'est, l'ouest et le nord (à l'exception d'Ahuntsic-Cartierville) de l'île ne sont pas desservis.

Les résidents des quartiers excentrés devront toutefois attendre l'an prochain avant de savoir s'ils auront accès au vélo-partage. La Ville souhaite que le développement du service s'arrime avec la construction du futur Réseau express vélo (REV) promis par la mairesse en campagne électorale.

Pas d'amas de vélos, svp!

L'événement soulignant le 10e anniversaire de Bixi a aussi été l'occasion pour la mairesse Plante de fermer la porte aux services de vélo-partage sans station offerts par certaines compagnies privées. Uber a d'ailleurs annoncé hier l'achat d'une de ces compagnies.

Mme Plante craint de voir des amoncellements de vélos qui endommageront les arbres et le mobilier urbain de Montréal.

«Je suis très préoccupée par le mobilier urbain et la protection des arbres. Pour moi, Bixi répond à un besoin de mobilité, mais également à un besoin où un vélo est ancré à un endroit. Donc il ne traîne pas, il n'use pas les arbres et il n'use pas le mobilier urbain. [...] Ce n'est pas un détail», dit-elle.

La Ville de Westmount utilise de tels vélos sans station. L'an dernier, elle a permis le déploiement des vélos de la compagnie torontoise Dropbike sur son territoire.

Les 9 projets à surveiller à Montréal en 2018