BIEN-ÊTRE
09/04/2018 17:56 EDT | Actualisé 09/04/2018 17:57 EDT

Voici comment c'est d'être marié à un influenceur d'Instagram

«Des fois je suis comme: "engage un maudit photographe!"».

Instagram
Grayson Goff and Ashley Hargrove (of the account @dtkaustin), Jenna and Carlos Costa (@roque_80) and Daniel and Jess Wang (@notjessfashion)

Derrière chaque grand influenceur d'Instagram il y a le conjoint Instagram avec une sainte patience pour la prise de photos. (Et inévitablement, très peu d'espace libre sur leur téléphone. Le véritable amour, c'est de supprimer quelques applications pour faire de la place pour plus de photos de sa tendre moitié.)

C'est comment d'être la personne derrière la caméra? Des maris Instagram (et une épouse!) ont raconté au HuffPost américain leur expérience d'aimer quelqu'un qui gagne sa vie sur les médias sociaux.

C'est un travail à temps plein. Littéralement.

Pour plusieurs époux Instagram, c'est un job à plein temps de travailler sur les pages sociales et les blogues de son ou sa partenaire. Ils prennent le rôle de photographe derrière les publications qui amènent des milliers de «j'aime»; parfois, ils sont aussi gérants, s'occupant du côté affaires/marketing associé.

Un engagement qui a du sens considérant l'argent que chéri tire d'Instagram si ses cartes sont bien jouées. Les publications commanditées et en partenariat sont notamment lucratives, alors que des entreprises peuvent payer des influenceurs environ 150 000 $US par publication.

La décision d'unir ses forces a bien fonctionné pour Daniel et Jess Wang, un couple marié qui a quitté le monde de la finance il y a trois ans pour travailler exclusivement sur le blogue et le compte Instagram de Jess intitulé Not Jess Fashion.

Jess a acquis plus de 638 000 abonnés, a signé une campagne américaine pour Make Up For Ever et a travaillé sur des publications de style avec des marques comme Bulgari, Coach et David Yurman.

Daniel, qui est responsable des opérations de l'entreprise et est derrière la plupart des photographies dignes de magazines de mode du compte, est maintenant un mari Instagram extraordinaire.

«Je trouve ça drôle qu'avec le temps, j'aie commencé à remarquer le "mérite Instagram" d'une place, d'un repas ou d'une photo sans même le réaliser, a-t-il fait valoir. Le mode de vie "mari Instagram" est presque devenu instinctif - comme si ça faisait partie de ton ADN.»

Mais prendre la photo Instagram parfaite prend du temps - et des fois ça se termine en dispute.

Pour chaque photo parfaite, il y a un rouleau de caméra de rejeté. Demandez à Jenna Costa. Dans une mer de maris Instagram, Jenna sort du lot en étant une femme Instagram. En août dernier, elle s'est mariée à Carlos Costa, un mannequin originaire du Portugal dont la barbe épique l'a aidé à attirer 214 000 abonnés.

Jenna, qui s'appelle en plaisantant «l'ombre de la barbe», prend habituellement les photos «impromptues» de son mari - un travail qui a causé certaines tensions au cours de leurs cinq années de relation, admet-elle.

«En tant que sa photographe non-professionnelle, j'essaie tout le temps d'avoir le cliché parfait que Carlos veut, mais vraiment, ça n'arrive que 50% du temps, admet-elle. Des fois, je suis comme : "engage un maudit photographe!"»

A post shared by Carlos Costa (@roque_80) on

À moins d'être vraiment chanceuse, avoir le cliché «relax» parfait est extrêmement compliqué.

«Ce n'est jamais aussi parfait que ça a l'air sur les photos, critique Jenna. Ça peut nous prendre dix tentatives et trois disputes pour obtenir le cliché qu'on veut. Un bon éclairage peut aider à cacher une multitude de défauts, incluant le manque de sommeil!»

A post shared by Carlos Costa (@roque_80) on

Cette vidéo virale d'un «mari Instagram» d'il y a quelques années est encore douloureusement précise.

Grayson Goff, le mari de l'influenceuse mode Ashley Hargrove, a flippé un peu quand il a regardé le sketch «mari Instagram» il y a quelques années. Lui aussi se sent parfois comme un «bâton de selfie humain», quoique bien équipé d'un Canon 6D.

«Je me suis tellement retrouvé dans cette vidéo que c'en était épeurant», a lancé le courtier en fonds spéculatifs basé à Austin, au Texas. «Par moment, ça peut être frustrant vu qu'elle est difficile à satisfaire, mais j'aime le défi de prendre le cliché parfait. Et c'n'est pas trop mal vu que je photographie la plus belle fille du monde!»

Il ne badine pas quand il parle des défis de prendre le meilleur cliché pour Hargrove, qui a plus de 122 000 abonnés.

«En moyenne, je dirais que plus de trois à quatre heures de travail vont à chaque photo qu'elle publie, sans compter les articles de blogue qu'elle écrit», a estimé Goff.

Certaines zones de leur vie sont hors limites.

Même les couples qui font leur image de marque en incluent une partie de leur vie de famille disent qu'ils essaient de garder certaines zones de leurs vies privées personnelles. C'est le cas de l'influenceuse Barrett Prendergast et son partenaire d'affaires et mari Andre Vippolis.

Ils gèrent Valleybrink Road, un studio de cadeaux de luxe et de design floraux à Los Angeles. Le compte Instagram du bien aimé studio montre des photos de leur fils, Costa - et récemment du bedon grossissant de Prendergast alors que le couple se prépare à accueillir son deuxième enfant.

«Une bonne partie de notre succès est dû au fait que nous présentons beaucoup de notre vie commune. Nous avons beaucoup d'amateurs qui sont sincèrement inspirés et reconnaissants de ce que nous publions, particulièrement maintenant avec les stories Instagram, mais nous nous faisons un point d'honneur à être vigilants pour ne pas devenir trop 'personnel', a-t-il évalué. Nous voulons être vrais, et nous pensons faire un bon travail dans ce sens-là, mais la ligne doit être tracée quelque part.»

Vous êtes obligé de réévaluer ces limites lorsque votre compte devient plus populaire et que le compteur d'abonnés augmente, a estimé Vippolis.

«Ultimement, Barrett et moi faisons tout en notre pouvoir pour maintenir une certaine ligne entre le contenu que nous croyons que les gens pourraient aimer et mettre tous les détails de notre vie en au-devant», a-t-il résumé.

D'autres, comme Jenna et Carlos Costas, sont un peu plus libres sur ce qui va sur «insta».

«Nous n'avons pas de règle, généralement, et nous partageons beaucoup de nos moments personnels, incluant notre mariage parce que c'est comme si beaucoup de gens étaient présents sur ce long parcours avec nous», a évalué Jenna.

Cela dit, ils évitent de mettre un iPhone dans la face de l'autre 24h sur 24.

«Si un de nous ne veut vraiment pas être filmé pour une story Instagram, un simple f**k off fait l'affaire», a blagué Jenna.

A post shared by Carlos Costa (@roque_80) on

Leurs maisons sont remplies de boîtes et d'encore plus de boîtes de trucs gratuits.

La différence entre les influenceurs et les gens ordinaires? Les premiers reçoivent une tonne de produits gratuits de compagnies souhaitant être affichées sur leurs pages.

«À cause de toutes les gratuités, on passe beaucoup de temps dans les boîtes, a indiqué Goff. «Ouvrir des boîtes, les défaire, les amener dans la benne à ordure de quelqu'un d'autre parce que ton garage est plein de boîtes...»

«Ce sont les choses qui ne sont pas en boîte qui sont les meilleures», a-t-il ajouté. «On a fait beaucoup de voyages incroyables, on a séjourné dans des hôtels magnifiques et avons mangé d'excellents repas grâce au travail d'Ashley.»

Tristement, malgré leurs efforts photographiques, les conjoints Instagram ne peuvent pas toujours profiter des avantages.

«Ma femme reçoit des produits et va à des événements amusants», raconte Vippolis. «L'inconvénient c'est que la plupart des événements sont pour les femmes seulement! Il y en a des bons que je manque, particulièrement ceux avec la bouffe. Par exemple, elle a participé à un lunch avec Nancy Silverton récemment; j'étais heureux pour elle, mais un peu triste pour moi.»

Et si c'est votre mari qui est l'icône de la mode Instagram, il est certain que vous vous sentirez un peu maussade chaque fois que vous ouvrirez la garde-robe.

«C'est définitivement un inconvénient de regarder le côté du garde-robe de Carlos et de voir que sa collection de chaussures et de vêtement est considérablement plus grande que la mienne», a confié Jenna. «J'entends la sonnette, je réponds et je dis "Qu'est-ce que c'est? Une nouvelle boîte de chaussures pour hommes? Ouais, c'est ce que je pensais. Soupir."»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.