NOUVELLES
09/04/2018 17:13 EDT | Actualisé 09/04/2018 20:01 EDT

Pour Geoff Molson, «le statu quo n'est pas acceptable» en vue de la prochaine campagne

Marc Bergevin a pour sa part déclaré que l'attitude véhiculée par l'équipe cette saison était inacceptable.

Le président Geoff Molson
THE CANADIAN PRESS
Le président Geoff Molson

Un problème d'attitude et une surévaluation de l'équipe par la direction ont miné le Canadien de Montréal cette saison, selon le président Geoff Molson et le directeur général Marc Bergevin.

Le mot "attitude" a probablement été celui qui a été répété le plus souvent lors d'une conférence de presse de plus de 75 minutes dans le cadre du bilan de fin de saison du Canadien, lundi, au Complexe sportif Bell.

"Ce qui a été le plus décevant pour moi, et pour nos partisans, c'est que la saison n'a jamais été amusante, a dit Bergevin. Nous n'avons jamais joué en équipe, nous n'avons pas été compétitifs à chaque soir. Nous avons été compétitifs par moments. (...) Nous n'avons jamais été sur la même longueur d'onde et je crois qu'un changement d'attitude pourrait changer beaucoup de choses.

"Si nous ajoutons de meilleurs joueurs, mais que l'attitude ne change pas, nous allons rester dans la même situation."

Pour cette raison, Molson a affirmé d'entrée de jeu que "le statu quo n'est pas acceptable".

"Nous sommes le club avec la plus riche histoire et pour nos partisans, nous nous devons de ramener le Canadien aux normes d'excellence qui nous ont toujours définis, a ajouté Molson. Nous devons ramener la culture de la victoire que nous n'avons pas vu cette saison."

Comment y arriver? C'est là où l'aigle à deux têtes du Tricolore est resté plus vague.

Une évaluation complète du personnel de l'équipe aura lieu au cours des prochaines semaines, mais rien de concret n'a été annoncé. Bergevin s'est porté à la défense de son personnel de recruteurs professionnels et amateurs. Il a aussi donné un vote de confiance à l'entraîneur-chef Claude Julien.

En fait, Bergevin a surtout accepté le blâme pour les échecs que se sont révélés les nouveaux-venus Karl Alzner, Jonathan Drouin, David Schlemko et Mark Streit.

"Il y a plusieurs gros mots qui sont échangés entre nous, a raconté Bergevin au sujet des discussions avec ses conseillers avant une transaction. Je ne suis pas quelqu'un qui dit oui à tout et je n'en veux pas autour de moi. À la fin, c'est moi qui prend la décision. Mais je suis entouré de personnes qui ont des opinions variées et nous ne sommes pas toujours en accord sur tout."

Bergevin a aussi reconnu qu'il avait peut-être surévalué son équipe, notamment quand il avait affirmé lors de l'ouverture du camp que la défensive était meilleure que celle de la saison précédente.

"Oui, j'ai été trop optimiste. Oui, j'ai surévalué des choses. Mais je n'avais pas de signes qu'on s'en allait dans la mauvaise direction", a mentionné Bergevin en revenant sur la saison précédente, quand l'équipe a gagné le titre de sa section avec 103 points.

"Nous n'avons jamais été dans le coup. Je m'attendais à ce que nous nous battions pour une place en séries et que nous causions ensuite des dégâts."

Ça passe par Price

Le cas de Carey Price a aussi été soulevé à quelques reprises. Le gardien âgé de 30 ans a connu sa pire saison en carrière au niveau des statistiques, mais c'est aussi par son attitude nonchalante et froide qu'il a semblé perdre faveur auprès des partisans.

"Côté attitude et performances, il a eu une saison difficile, a ajouté Bergevin un peu plus tard. J'ai grandi avec Mario Lemieux et pour moi, Mario et Carey se ressemblent. Mario n'était pas un 'parleux', mais quand il rentrait dans une pièce, il avait une certaine prestance. Carey est un peu comme ça aussi. Il ne parle pas beaucoup, mais il a de la prestance. Et c'est gars-là ne réalisent pas toujours comment ils affectent une équipe. Et ça fait partie de ma job, et à Claude, de lui faire réaliser que les joueurs vont se tourner vers lui."

Molson s'est porté à la défense de Price, qui commencera la saison prochaine à écouler le contrat de huit saisons et 80 millions $ US qu'il a signé l'été dernier.

"Quand ça va mal dans ce marché, ça peut être dur pour certains joueurs, a dit Molson. Il n'a pas eu une année facile. Mais on a vu un appui des partisans lors du dernier match à domicile quand il a battu le record pour les matchs joués par un gardien en saison régulière. C'était extraordinaire et on espère bâtir sur ça. Les partisans aiment Carey et Carey veut mieux jouer."

Plus de transparence?

Molson a également promis plus de transparence dans les communications que par le passé.

"On veut donner à nos partisans de l'information plus utile et précise pour que les débats dans la place publique soient les bons débats", a-t-il indiqué.

Ça risque d'y aller par petits pas à ce niveau. Bergevin a mentionné qu'il est possible que l'organisation dévoile la durée et les valeurs des contrats consentis aux joueurs, ce qui sort de toute façon dans les médias quelques minutes après les annonces. Bergevin a toutefois noté qu'il n'allait pas être plus précis dans les cas des blessures "pour protéger les joueurs".

Et il n'allait pas non plus dévoiler ses plans pour améliorer l'équipe pendant l'été. Le nom de John Tavares n'a jamais été dit explicitement, mais il était évident dans les propos de Bergevin que le Canadien allait courtiser le centre étoile s'il décidait de quitter les Islanders de New York et tester sa valeur sur le marché des joueurs autonomes.

Bergevin a aussi rappelé que l'équipe comptait sur de nombreux choix au repêchage _ notamment quatre en deuxième ronde.

Pour sa part, Molson a également annoncé que les prix des billets n'allaient pas augmenter la saison prochaine et a parlé d'une amélioration de l'expérience pour les partisans au Centre Bell, notamment avec une meilleure offre au niveau de la nourriture. Parions toutefois qu'il n'y a que des victoires qui rendront la saison plus facile à digérer.