NOUVELLES
09/04/2018 16:39 EDT | Actualisé 09/04/2018 23:13 EDT

Le FBI saisit des documents au bureau de Michael Cohen, l'avocat personnel de Donald Trump

Elles sont liées «en partie» à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller.

Photo d'archives Michael Cohen, l'avocat de Donald Trump.
Getty Images
Photo d'archives Michael Cohen, l'avocat de Donald Trump.

Des agents de la police fédérale américaine (FBI) ont saisi des documents, lundi, lors d'une perquisition menée dans les bureaux de Michael Cohen, l'avocat personnel du président Donald Trump.

M. Cohen s'est récemment fait critiquer pour avoir versé 130 000 $ US à l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels, qui dit avoir eu une relation extraconjugale avec le président dans les années 2000.

La perquisition a été effectuée par le bureau du procureur à Manhattan et est liée "en partie" à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, selon l'avocat de Michael Cohen, Stephen Ryan.

"Cette décision du bureau du procureur à New York de mener son enquête en utilisant des perquisitions est complètement inappropriée et inutile", a déploré M. Ryan dans un communiqué.

"Cela s'est soldé par la saisie inutile de communications protégées entre un avocat et ses clients."

M. Ryan n'a pas donné de détails sur les documents qui ont été confisqués, mais il a dit avoir collaboré avec les enquêteurs et les élus qui se penchent sur l'ingérence de la Russie durant l'élection présidentielle de 2016 aux États-Unis.

Lors de son témoignage devant le comité du Sénat sur le renseignement, Michael Cohen avait confirmé qu'au début de la campagne électorale de Donald Trump, l'empire Trump négociait avec la Russie pour construire une tour Trump à Moscou. Il a minimisé l'importance de cette entente, qui ne s'est finalement pas concrétisée, et il a insisté sur le fait qu'elle n'était pas liée à la campagne présidentielle.

Un paiement controversé

Mais M. Cohen a récemment fait les manchettes lorsqu'il a reconnu avoir payé de sa propre poche 130 000 $ US à l'actrice pornographique Stormy Daniels seulement quelques jours avant l'élection présidentielle. L'avocat a assuré que ni l'organisation Trump ni l'équipe présidentielle de M. Trump n'étaient au courant de cette transaction, ajoutant qu'il n'avait jamais été remboursé.

Donald Trump a dit aux journalistes la semaine dernière qu'il ignorait tout du versement.

Stormy Daniels prétend avoir eu une relation sexuelle avec le président en 2006. Elle a intenté une poursuite pour invalider un accord de confidentialité qu'elle avait signé avant l'élection. Elle a d'ailleurs offert de remettre les 130 000 $ US afin de "mettre les pendules à l'heure".

L'actrice plaide que l'entente n'était pas valide juridiquement parce qu'il avait été signé seulement par elle et M. Cohen, mais pas par M. Trump.

Le "New York Times" a rapporté la nouvelle de la perquisition en premier, lundi.

À voir également: