BIEN-ÊTRE
07/04/2018 12:01 EDT | Actualisé 07/04/2018 12:01 EDT

Voici comment se répartir les tâches ménagères peut affecter une relation de couple

Surtout pour les femmes.

Bon, nous comprenons que ce n'est pas tout le monde qui aime faire la vaisselle. Même si certains ont la chance de posséder un lave-vaisselle, il reste toujours des chaudrons ou des poêles à laver à la main. Et personne n'aime ça.

Mais si vous êtes une femme en couple et que vous vous retrouvez à faire la majorité de la vaisselle, vous êtes peut-être plus à plaindre qu'une femme célibataire.

Selon une nouvelle étude publiée dans le Conseil des Familles Contemporaines, des femmes rapportaient en 2006 que la tâche ménagère qui était la plus à même d'influencer leur appréciation de leur relation de couple était la vaisselle. Les femmes qui faisaient la majorité de la vaisselle affirmaient qu'elles entraient plus souvent en conflit avec leurs compagnons et qu'elles étaient moins satisfaites sur les plans relationnels et sexuels que les femmes qui séparaient la tâche avec leurs partenaires.

Les femmes effectuant la moitié de la vaisselle rapportaient être plus heureuses quant à leur relation.

La répartition de la vaisselle à laver n'est toutefois pas le seul potentiel sujet de discorde dans un couple. D'autres tâches ménagères, comme le lavage, l'épicerie et le ménage peuvent péser dans la balance, dépendamment de leur répartition entre les partenaires. Quand celle-ci n'est pas équitable, des frictions peuvent se créer au fil du temps.

L'auteur de l'étude, l'aide-professeur au département des études sur la famille et les consommateurs de l'université de l'Utah Daniel Carlson, note que l'équité de la répartition des tâches ménagères chez les couples est davantage sujette à la dispute que chez les célibataires.

«Cela suggère que plus la séparation de ces tâches est équitable, plus on voit des bénéfices.»

Carlson soulève que ses collègues et lui ont découvert qu'en 2006, la proportion des couples se séparant les tâches ménagères avait augmenté de façon significative depuis les années 1990.

La proportion des couples se séparant le ménage avait ainsi doublé, atteignant 22 pour cent. Ce chiffre atteignait 21 pour cent pour la lessive, 21 pour cent pour la cuisine et 29 pour cent pour la vaisselle.

Faire l'épicerie était la tâche la plus souvent partagée (ce n'est pas étonannt, tout le monde veut avoir la possibilité de choisir ses aliments préférés!)

Getty Images

«Le sentiment qu'il y a injustice dans le ménage et dans d'autres aspects de votre mariage peut être corrosif pour votre relation», souligne la directrice de l'institut Pepper sur le vieillissement et les politiques publiques de l'université de la Floride, Anne Barrett, dans une étude publiée récemment dans le journal Social Forces.

«Quand la répartition est injuste pour les femmes, cela réduit d'environ un point sur une échelle de zéro à 10 la satisfaction sexuelle pour les hommes et les femmes», ajoute Barrett.

Une étude publiée en 2016 dans le Journal of Marriage and Family avançait également que la répartition des tâches ménagères attisait le désir chez les couples.

«Auparavant, l'amour était vu comme l'attirance entre des opposés, alors que chaque partenaire apportait des compétences, des ressources et des habiletés différentes dans un couple. Aujourd'hui, l'amour concerne davantage le partage d'intérêts, d'activités et d'émotions. Alors que les différences fondaient jadis la base du désir, l'équité est maintenant devenue érotique», juge l'historienne Stephanie Coonz, dans des propos raportés par le Conseil sur les familles contemporaines.

Voilà, tout est dit.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.