POLITIQUE
07/04/2018 12:26 EDT | Actualisé 07/04/2018 12:26 EDT

Les partis politiques doivent rendre des comptes sur l'utilisation des données, selon Couillard

Le premier ministre du Québec a confirmé que son gouvernement souhaitait donner plus de pouvoirs au DGEQ pour qu'il enquête sur les pratiques des partis.

Dado Ruvic / Reuters

Philippe Couillard croit que les partis politiques québécois devraient rendre des comptes sur leur façon de collecter et d'utiliser les données personnelles des électeurs.

Dans la foulée du scandale international sur l'utilisation à mauvais escient de données personnelles d'utilisateurs de Facebook, le premier ministre du Québec a confirmé samedi matin que son gouvernement souhaitait donner plus de pouvoirs au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour qu'il enquête sur les pratiques des partis.

«La Presse» révélait samedi matin que le DGEQ avait écrit au gouvernement pour qu'il adopte une loi spéciale afin de lui permettre «d'évaluer les pratiques des partis politiques quant à la collecte, à l'utilisation, à la communication et aux mesures de sécurité prises pour la conservation (des) renseignements.»

En marge d'un événement à Montréal, le premier ministre a dit qu'il avait l'intention d'accepter la demande du DGEQ.

Selon lui, tous les partis politiques devraient rendre des comptes sur leur façon d'utiliser les données.

Il a d'ailleurs appelé les partis d'opposition à adopter «rapidement et à l'unanimité» le projet de loi que déposera le gouvernement.

«Ça permet au DGEQ de prendre des moyens d'enquête qui impliquent et qui incluent l'utilisation des données personnelles des gens», a-t-il expliqué en point de presse.

«Moi je pense que c'est bienvenu, que le DGE, ait un peu modifié (sa position). Au début, je pense qu'il ne voulait pas s'en mêler, là je pense qu'il voit l'importance de s'en mêler.»

La firme au coeur de cette controverse qui a éclaté il y a quelques semaines est Cambridge Analytica. L'entreprise est soupçonnée d'avoir utilisé sans autorisation les informations privées d'utilisateurs de Facebook pour aider des campagnes politiques, dont celle de Donald Trump aux États-Unis en 2016 et celle en faveur du «Brexit» au Royaume-Uni.

Selon Facebook, Cambridge Analytica a accédé aux données personnelles de 622 161 utilisateurs canadiens de Facebook.