NOUVELLES
06/04/2018 14:03 EDT | Actualisé 06/04/2018 14:05 EDT

Une visite des travaux au nouveau campus de l'Université de Montréal

Le campus d'Outremont unira des quartiers séparés pendant des décennies par l'ancienne gare de triage du CP.

Le nouveau campus des sciences de l'Université de Montréal, à Outremont, fera bien plus qu'offrir de meilleurs espaces aux étudiants. Il réunira quatre quartiers distincts, historiquement séparés par la gare de triage du Canadien Pacifique (CP).

Les travaux vont bon train (pardonnez le jeu de mot) sur le site acquis par l'UdeM en 2006. Le bâtiment principal, un édifice à deux têtes séparées par une promenade centrale, sera terminé au printemps 2019. À moins d'un imprévu, les étudiants de quatre départements pourront intégrer des locaux flambants neufs dès la rentrée suivante.

Mais le campus n'a pas qu'une vocation éducative. Il complètera la trame urbaine de Montréal en reliant Outremont, Parc-Extension, le Mile-Ex et Ville Mont-Royal.

En outre, toute la portion sud de l'ancienne gare sera éventuellement occupée par des logements et un grand parc. Environ 1300 adresses et une nouvelle rue viendront compléter la série de culs-de-sac au nord des avenues Van-Horne et Ducharme, enjambant l'emprise du CP qui se rend au Vieux Port. Le Mile-Ex aura ainsi une connexion directe à l'arrondissement d'Outremont.

L'UdeM construit également une grande passerelle piétonne qui passera au-dessus de la ligne de trains de banlieue Saint-Jérôme pour rejoindre la station de métro Acadie, à la limite de Ville Mont-Royal et de Parc-Extension.

«Avec notre passerelle, on vient connecter des quartiers qui ne l'étaient pas en 100 ans d'histoire. Aujourd'hui, on peut traverser de Mont-Royal à Outremont par le viaduc Rockland, sur un tout petit trottoir pas large. La nouvelle passerelle aura au moins six mètres de large pour rapprocher les communautés les unes des autres», affirme Alain Boilard, directeur général du projet pour l'Université de Montréal.

«Ça m'a tellement inspiré cet aspect, de dire que des enfants de Parc Extension vont pouvoir venir à l'UdeM à pied, se promener dans le campus et aller dans les parcs d'Outremont. Il me semble que c'est magique», ajoute l'architecte Anik Schooner, partenaire de la firme qui a remporté le contrat pour le nouveau campus.

Après le premier édifice, séparé par cette passerelle, d'autres pavillons viendront compléter la portion nord de l'ancienne gare. Deux agrandissements et jusqu'à huit nouveaux bâtiments verront éventuellement le jour, au fur et à mesure des besoins de l'UdeM.

Selon M. Boilard, il manque actuellement plus de 30 000 m2 d'espace à l'UdeM, qui doit louer de plus en plus de locaux. Le bâtiment qui ouvrira en 2019 viendra combler une partie de ce déficit.