BIEN-ÊTRE
05/04/2018 15:01 EDT | Actualisé 05/04/2018 15:01 EDT

Visiter Glasgow sans plus tarder!

La plus grande ville d’Écosse est souvent comparée à New York.

Un architecte star, Poudlard et une salle de bal hantée: autant de bonnes raisons de visiter Glasgow sans plus tarder!

People Make Glasgow

Reconnue pour sa richesse architecturale et son effervescence musicale, la plus grande ville d'Écosse est souvent comparée à New York. Sans doute parce qu'on s'y balade comme on marche dans les rues de la «grosse pomme», le nez en l'air, pour admirer ses magnifiques édifices.

Le père du «Glasgow style» fête ses 150 ans

Élue «ville britannique de l'architecture et du design» en 1999 devant Édimbourg, sa voisine et éternelle rivale, Glasgow doit beaucoup à Charles Rennie Mackintosh. Né en 1868, l'architecte est à Glasgow ce que Gaudi est à Barcelone ou Frank Lloyd Wright à Chicago. Son héritage se retrouve un peu partout dans les rues du centre-ville. Considérée comme son chef-d'œuvre, la Glasgow School of Art, achevé en 1909, a été sérieusement endommagée par un incendie en 2004. Mais une partie du bâtiment a pu être sauvée et une structure moderne a depuis été greffée sur l'ancienne bâtisse qui porte encore l'empreinte de l'un des chefs de file du mouvement Art nouveau en Écosse.

Malik Cocherel

Situé à quelques minutes à pied de la Glasgow School of Art, dans l'artère commerçante de Sauchiehall Street, The Willow Tea Rooms est une autre réalisation majeure de Mackintosh. En plus d'avoir dessiné la façade extérieure du bâtiment qui date de 1903, l'architecte a conçu tout le mobilier de l'établissement, dont la fameuse Willow Chair au dossier allongé, inspiré du design minimaliste japonais. C'est également le long de Sauchiehall Street qu'on trouve The Lighthouse, l'édifice imaginé par le même Mackintosh pour le quotidien écossais The Herald en 1895, qui abrite aujourd'hui un centre d'architecture et un musée en l'honneur du plus célèbre enfant de Glasgow.

Malik Cocherel

S'il n'a pas connu la gloire de son vivant (il est décédé sans un sou en poche en 1928 à Londres), Charles Rennie Mackintosh est devenu un argument touristique pour la ville qui l'a vu naître. Pour célébrer le 150e anniversaire de sa naissance, le musée de Kelvingrove, planté au cœur du parc du même nom, le long de la rivière Kelvin, expose (jusqu'au 14 août) une collection impressionnante d'œuvres de l'architecte, décorateur d'intérieur, créateur de meubles et peintre paysagiste. Sur le campus de l'université de Glasgow, on peut également visiter la Mackintosh House, une réplique de la maison occupée, de 1906 à 1914, par le père du «Glasgow style» et son épouse - elle aussi artiste - Margaret MacDonald. L'ombre de Harry Potter Point de chute incontournable, l'université de Glasgow domine, telle une forteresse, les pelouses parfaitement tondues du parc de Kelvingrove. Avec son imposante façade et son clocher de style néogothique datant de la fin du XIXe siècle, l'endroit n'est pas loin de faire penser à Poudlard. Selon la légende, l'université de Glasgow aurait d'ailleurs inspiré à J.K. Rowling la fameuse école des sorciers de Harry Potter. Un mythe entretenu par le fait que le mari de l'auteur à succès a lui-même étudié dans ces murs, tout comme le philosophe et économiste écossais Adam Smith.

Malik Cocherel

En déambulant dans l'ancienne cité industrielle du sud de l'Écosse, on tombe souvent, au détour d'un coin de rue, sur des bâtiments chargés d'histoires. Dans le quartier de Merchant City, le Britannia Panopticon est le plus vieux music-hall au monde encore ouvert au public. L'édifice, qui a su résister au temps et aux flammes (un petit miracle à Glasgow), a vu un certain Stan Laurel débuter sa carrière de comédien sur ses planches en 1906.

Malik Cocherel

Sur les traces d'Oasis et d'un tueur en série Dans un autre registre, le King Tut's, sur St

Vincent Street, a vu défiler les groupes de rock The Verve et Radiohead qui y ont fait leurs premières gammes. C'est surtout dans ce bar - qui ne paie pas de mine de l'extérieur - que le Oasis des frères Gallagher s'est fait remarquer en 1993 par le producteur écossais Alan McGee qui leur a offert une signature sur son label Creation Records. Si Glasgow héberge un championnat annuel mondial de cornemuse, tradition oblige, la ville peut s'enorgueillir d'avoir vu naître quelques grands noms du rock et de la pop, dont Texas, Simple Minds ou le groupe Franz Ferdinand qui a composé son premier disque éponyme dans l'ancien quartier ouvrier de Dennistoun.

People Make Glasgow

Désignée ville de musique par l'UNESCO il y a 10 ans

Glasgow reste l'une des destinations musicales les plus riches en Europe avec jusqu'à 150 shows par semaine et pas moins de 43 salles de concert. La plus mythique d'entre elles s'appelle le Barrowland. Depuis que cette salle de bal à l'acoustique unique a commencé à accueillir des concerts au début des années 80, tous les plus grands y ont joué, tels David Bowie, U2 et The Clash. C'est ici aussi que le tueur en série «Bible John» a rencontré trois de ses victimes à la fin des années 60. Pour ajouter au mythe, le patron des lieux, Tom Joyes, a raconté avoir été témoin de phénomènes paranormaux au Barrowland. Une histoire somme toute banale au pays des fantômes et des châteaux hantés...

Les frais de ce voyage ont été payés par People Make Glasgow.

Pour plus d'informations sur le 150e anniversaire de Charles Rennie Mackintosh et planifier un voyage à Glasgow: www.peoplemakeglasgow.com.

À voir également, pour une visite guidée de la scène musicale de Glasgow: www.glasgowmusiccitytours.com