POLITIQUE
05/04/2018 11:34 EDT | Actualisé 05/04/2018 11:38 EDT

Projet Montréal termine l'année avec un surplus, alors que l'opposition traîne des dettes

L'avenir du tiers parti Coalition Montréal est mis en doute.

La Presse canadienne

Le parti de la mairesse Valérie Plante a terminé l'année 2017 avec un montant confortable de 185 217$ dans ses comptes bancaires, malgré une campagne électorale coûteuse. L'ancien parti de Denis Coderre, Ensemble Montréal, traîne quant à lui une importante dette alors qu'il a pourtant recueilli plus de dons.

Les résultats financiers diffusés mercredi montrent que Projet Montréal a pigé dans ses importants surplus pour financer un léger déficit de 41 131$, dû essentiellement à la campagne électorale de l'automne dernier. Le parti de Valérie Plante a dépensé environ 1 M$ dans le cadre de cette campagne, contre 1,5 M$ pour M. Coderre.

Du côté d'Ensemble Montréal, l'ex-maire Coderre a enregistré un déficit de 65 570$. Le parti n'a ainsi jamais réussi à effacer le déficit de presque 346 000$ enregistré en 2013, lorsque M. Coderre est arrivé au pouvoir. L'ex-maire laisse donc à son successeur une dette de 246 618$.

Le chef intérimaire d'Ensemble Montréal, Lionel Perez, estime que le parti a plutôt bien fait compte tenu de l'élection, selon des paroles rapportées par divers médias.

Chez Coalition Montréal, qui n'a plus qu'un seul élu à l'hôtel de ville, la situation est désastreuse, au point où l'auditeur Raymond Chabot Grant Thornton émet des doutes sur la survie du parti. Le parti a enregistré un déficit de plus de 38 000$, portant sa dette totale à presque 315 000$.

«Compte tenu du fait que le fonds de roulement du parti est négatif de 314 932 $ et que l'actif net du parti est négatif depuis son accréditation, il existe un doute important relativement à la capacité du parti de poursuivre ses activités. La capacité du parti de réaliser ses actifs et d'acquitter ses dettes dépend du soutien financier continu des électeurs, des fournisseurs et des créanciers», lit-on dans le rapport.

L'ancien parti de Mélanie Joly, qui a cessé ses activités après l'élection du 5 novembre parce qu'il n'a fait élire aucun candidat, a enregistré un surplus de 36 334$ et ne traîne aucune dette.