POLITIQUE
05/04/2018 19:25 EDT | Actualisé 05/04/2018 19:26 EDT

Migrants: Québec n'a toujours pas reçu de réponse officielle d'Ottawa

Alors que le nombre de traversées irrégulières à la frontière a recommencé à se multiplier.

Christinne Muschi / Reuters

Québec n'a toujours pas reçu de réponse officielle du gouvernement fédéral à sa demande de remboursement pour la prise en charge des demandeurs d'asile qui ont afflué dans la province en 2017, alors que le nombre de traversées irrégulières à la frontière a recommencé à se multiplier.

L'Agence des services frontaliers du Canada a confirmé qu'environ 600 demandeurs d'asile se sont présentés à la frontière à Lacolle du 29 mars au 2 avril.

L'attaché de presse du ministre québécois de l'Immigration, David Heurtel, a indiqué par courriel jeudi que Québec attendait toujours la lettre de son homologue fédéral, Ahmed Hussen. Aucune négociation n'a été entamée jusqu'à maintenant, malgré l'ouverture démontrée par le premier ministre Justin Trudeau lors de son passage à Québec en avant-midi.

M. Trudeau a affirmé qu'Ottawa continuait «de travailler avec le gouvernement du Québec» sur les coûts en faisant référence au groupe de travail intergouvernemental sur la migration irrégulière formé en août 2017 pour gérer la crise.

«On va continuer de discuter avec Québec parce qu'on sait qu'on a besoin d'avoir une réponse coordonnée et juste pour tout le monde», a-t-il conclu.

Un discours «moins fermé» que la réponse qu'avait donnée le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen, aux journalistes il y a deux semaines, a noté le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

M. Hussen avait alors semblé fermer la porte à tout remboursement en affirmant que le gouvernement fédéral «en a déjà fait beaucoup».

Il avait indiqué qu'Ottawa avait prévu 173 millions $ dans son dernier budget pour gérer les arrivées irrégulières à la frontière. Cet argent servira, entre autres, à améliorer la rapidité du traitement des demandes d'asile et ainsi réduire la pression sur les provinces et à procéder à des renvois plus rapides des migrants dont la demande de réfugié est inadmissible.

Le gouvernement fédéral a délivré plus de 10 000 permis de travail pour les demandeurs d'asile au Québec, avait bonifié l'enveloppe pour leur intégration de 112 millions $ et avait augmenté le Transfert canadien en matière de programmes sociaux.

«Bien sûr, le Québec reçoit des sommes pour l'immigration du fédéral (...) et cette somme est basée sur un nombre moyen de demandeurs d'asile, a fait valoir le premier ministre Couillard. L'an dernier, 50 pour cent des demandeurs d'asile au Canada sont venus par le Québec.

«Maintenant, on dit que cette entente ne prévoit pas des volumes comme on a vu l'été dernier et comme on verra l'été prochain», a-t-il résumé en précisant que le Québec avait besoin d'une aide financière, du raccourcissement des délais de traitement des dossiers et de l'émission d'autres permis de travail.

Les ministres québécois de l'Immigration, David Heurtel, et des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, avaient fait parvenir une lettre à M. Hussen le 21 mars pour réclamer 146 millions $ du gouvernement fédéral pour la prise en charge des demandeurs d'asile. Un porte-parole du ministre Hussen a indiqué jeudi qu'une réponse à cette lettre est en préparation.

Le Québec a reçu près de 25 000 demandeurs d'asile en 2017, soit la moitié du nombre total reçu dans l'ensemble du pays, selon la lettre du gouvernement québécois. La province recevait auparavant environ 3500 demandeurs d'asile annuellement.

VOIR AUSSI: