NOUVELLES
04/04/2018 21:45 EDT | Actualisé 04/04/2018 21:46 EDT

Sous-marin danois: l'accusé avait visionné une vidéo de meurtre avant la mort de la journaliste

Peter Madsen avait stocké sur son ordinateur plus d'une quarantaine d'extraits de vidéos ou de films de tortures.

Procureur Jakob Buch-Jepsen
MADS CLAUS RASMUSSEN via Getty Images
Procureur Jakob Buch-Jepsen

Peter Madsen, l'inventeur autodidacte danois jugé pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall en août 2017 dans son submersible artisanal, avait visionné quelques heures avant les faits une vidéo représentant la décapitation d'une femme, a indiqué mercredi le Parquet.

Peter Madsen avait stocké sur son ordinateur plus d'une quarantaine d'extraits de vidéos ou de films de tortures ou d'exactions diverses ("snuff films") représentant des femmes empalées, pendues ou décapitées, a ajouté le Parquet.

D'autres disques durs en sa possession contenaient une centaine de vidéos ou de liens vers des vidéos de meurtres, tortures ou d'empalements sexuels, a-t-on indiqué de même source.

Selon le procureur Jakob Buch-Jensen, Madsen a effectué également des recherches sur Google sur "comment effacer toutes les photos de votre iPhone". Et la nuit précédant l'arrivée de la journaliste suédoise à bord de son submersible, il avait visionné une vidéo sur son iPhone consacrée à la décapitation d'une femme.

Peter Madsen, 47 ans, comparaît depuis le 8 mars devant le tribunal de Copenhague pour répondre de l'agression sexuelle aggravée et du meurtre de Kim Wall, ainsi que d'atteinte à l'intégrité de son cadavre, retrouvé mutilé et démembré dans la baie de Køge au large de la capitale danoise.

L'accusé dément avoir tué la journaliste. Il reconnaît seulement avoir démembré son corps et dispersé ses restes dans la mer pour lui offrir une "sépulture marine". Selon ses dires, la journaliste de 30 ans est morte intoxiquée par des émanations de monoxyde de carbone à l'intérieur de l'UC3 Nautilus dans la nuit du 10 au 11 août 2017.

VOIR AUSSI: