NOUVELLES
04/04/2018 20:09 EDT | Actualisé 04/04/2018 20:09 EDT

Plus de 700 demandeurs d'asile auraient traversé la frontière depuis vendredi

«Ces demandeurs d'asile ne feraient pas l'objet d'une menace de révocation d'un statut temporaire aux États-Unis.»

Christinne Muschi / Reuters

Plus de 700 demandeurs d'asile auraient traversé la frontière au Québec de façon irrégulière à partir des États-Unis depuis vendredi, et les roulottes aux douanes auraient été utilisées pour la première fois depuis le début de l'hiver.

Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des douanes et de l'immigration (SDI), a soutenu en entrevue avec La Presse canadienne qu'environ 120 à 150 personnes avaient traversé la frontière de façon irrégulière quotidiennement durant les quatre journées de la fin de semaine de Pâques.

Mercredi, M. Fortin affirmait qu'il y avait eu 150 demandeurs d'asile interceptés dans l'avant-midi sur le chemin Roxham, à l'ouest du poste-frontière officiel de Lacolle.

Selon les informations qu'il a obtenues, les personnes ayant tenté de traverser la frontière ces derniers jours — et ces derniers mois — sont «en grande partie» des gens originaires du Nigéria vivant aux États-Unis «de façon illégale».

Contrairement aux Haïtiens arrivés à la frontière massivement durant l'été dernier, ces demandeurs d'asile ne feraient pas l'objet d'une menace de révocation d'un statut temporaire aux États-Unis.

M. Fortin a parlé d'une «clientèle différente», dont les membres chercheraient tout de même à «régulariser leur statut» en venant au Canada.

Disant aussi s'attendre à l'arrivée de Salvadoriens au cours des prochaines semaines ou des prochains mois, le dirigeant syndical a de nouveau soutenu que les services frontaliers n'avaient pas les ressources nécessaires pour faire face à la situation.

«On est drôlement inquiets, si tôt avant l'été, de cette affluence-là», a-t-il fait valoir, en se demandant si l'armée serait encore mise à contribution.

À Ottawa, en marge d'une rencontre avec le secrétaire général de l'OTAN, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que le système d'immigration canadien demeurait «robuste et sécuritaire».

«Chaque personne qui arrive, que ce soit par avion, ou que ce soit en traversant une frontière de façon irrégulière, va passer par un processus d'examen de sécurité, d'examen du dossier, et nous n'allons accepter que les gens qui correspondent aux exigences de notre système d'immigration», a fait valoir M. Trudeau.

Concernant les demandes du gouvernement du Québec d'obtenir une compensation d'Ottawa pour l'afflux de demandeurs d'asile en 2017 — réitérées à la fin mars —, M. Trudeau a simplement affirmé que son gouvernement continuera de discuter avec Québec et avec ses autres partenaires.

«Le Canada demeure un pays ouvert, qui comprend que d'accepter les immigrants, c'est une force et un bénéfice pour nos communautés, pour notre économie, mais que ce doit être fait selon les règles, et c'est ce que nous allons toujours faire», a-t-il déclaré.

Québec évalue à 146 millions $ les dépenses additionnelles entraînées par le flot inhabituel de demandeurs d'asile à la frontière en 2017 à la suite des menaces du président Donald Trump d'abroger le Statut de protection temporaire accordé à des ressortissants étrangers — en particulier des Haïtiens —, qui entraînerait leur éventuelle expulsion.