POLITIQUE
03/04/2018 15:19 EDT | Actualisé 03/04/2018 15:19 EDT

Les taxes et la réglementation seront dans le collimateur du comité sur les commerces de Montréal

Les entreprises devront remettre un «plan commerce» en juin.

Olivier Robichaud

Les taxes et la réglementation seront au menu du nouveau comité consultatif dirigé par Guy Cormier, président et chef de la direction de Desjardins. En juin, son équipe doit soumettre à la Ville de Montréal un plan directeur pour l'avenir des artères commerciales de la métropole.

M. Cormier s'est présenté mardi devant les médias, en compagnie de la mairesse Valérie Plante. Selon lui, les tracas administratifs sont d'ores et déjà ressortis comme faisant partie des défis auxquels son équipe devra s'attarder, lors d'une première rencontre tenue le 20 mars.

«On a entendu ce défi de naviguer dans l'appareil administratif, que ce soit pour les permis, pour les travaux, pour la taxation. Ce qu'on a vu émerger, c'est une zone de défis. Est-ce qu'il y aura des recommandations? Je serais porté à croire que oui», dit-il.

La taxation fera aussi partie des discussions, l'administration Plante ayant augmenté les taxes non résidentielles de 3% dans son dernier budget.

«Il y a certains cas qui nous ont été soumis où on se dit que le gros bon sens n'a pas été appliqué dans ce cas. Alors on va essayer de dénouer certains éléments et donner des munitions à la mairesse», affirme M. Cormier.

Selon une étude de 2016, Montréal est la ville canadienne avec le taux de taxation commerciale le plus élevé.

La mairesse Plante affirme que son administration réfléchit déjà aux questions de fiscalité. Elle souhaite que le gouvernement provincial permette aux villes de diversifier leurs sources de revenus.

Rappelons que la Ville de Montréal dispose de nouveaux pouvoirs en matière de taxes et de développement commercial depuis l'octroi du statut de métropole. Le «plan commerce» qui sera dévoilé en juin comprendra des mesures de compensation financière pour les commerçants affectés par les chantiers de construction, notamment la rue Sainte-Catherine.

La Ville souhaite également trouver de nouvelles façons de dynamiser ses artères.

«Oui, il y a la taxation, mais il y a aussi l'expérience client. [...] Ça ne commence pas juste dans le magasin, ça commence sur le trottoir», affirme-t-elle.

La transformation des commerces dans une ère numérique fera aussi partie des discussions, tout comme le soutien à la création et au développement des entreprises.