NOUVELLES
03/04/2018 13:29 EDT | Actualisé 03/04/2018 15:04 EDT

Trump veut déployer l'armée à la frontière avec le Mexique

Cela constituerait selon lui «un grand pas».

Frontière entre Tijuana au Mexique et Baja en Californie.
GUILLERMO ARIAS via Getty Images
Frontière entre Tijuana au Mexique et Baja en Californie.

Le président américain Donald Trump souhaite déployer l'armée à la frontière mexicaine en attendant de construire le mur qu'il veut ériger entre les deux pays.

Lors d'un événement avec les dirigeants des pays baltes, mardi, M. Trump a déclaré qu'il avait discuté de cette idée avec son secrétaire à la Défense, le général James Mattis.

Le président a affirmé qu'en attendant d'installer le mur pour "une sécurité adéquate", la frontière serait surveillée par les militaires - une mesure "majeure" qui a rarement été utilisée par le passé, a-t-il souligné.

Donald Trump est profondément frustré du manque de progrès dans la construction de "son" mur entre les États-Unis et le Mexique, une promesse phare de sa campagne électorale de 2016.

Il avait précédemment suggéré d'utiliser le budget du Pentagone pour financer le mur, puisque selon lui, il s'agit d'une priorité de sécurité nationale. Toutefois, des règles strictes l'empêchent de financer des projets sans l'accord du Congrès.

Le département de la Sécurité intérieure, le Pentagone et la Maison-Blanche n'ont pas immédiatement répondu aux requêtes de l'Associated Press pour préciser le plan du président.

Les États-Unis ont déjà envoyé des militaires de la Garde nationale à la frontière. En 2006, lors de l'opération Jump Start, 6000 soldats avaient été déployés pour resserrer la sécurité autour de la frontière. Leur nombre avait chuté de moitié l'année suivante.

Pendant deux ans, environ 29 000 soldats de la Garde nationale avaient participé aux missions, puisque les troupes se relayaient.

Les soldats avaient aidé à la surveillance, aux communications, à l'administration, aux renseignements et dans certains cas, ils avaient participé à l'installation d'infrastructures de sécurité. Pendant cette période, plus de 48 kilomètres de clôture et environ 20 kilomètres de route avaient été construits, en plus des quelque 138 kilomètres de barrières pour les véhicules qui avaient été installées.

Des représentants de l'administration Trump ont annoncé lundi qu'ils travaillaient sur de nouveaux projets de loi pour combler les "brèches" en immigration.

Dans une série de micromessages sur le sujet, M. Trump a appelé les élus républicains à "utiliser l'option nucléaire si nécessaire" pour adopter des mesures au Congrès visant à resserrer la sécurité à la frontière avec le Mexique.

"Les agents de la patrouille frontalière sont GÉNIAUX, mais les lois faibles des démocrates ne leur permettent pas de faire leur travail", a-t-il déploré dans un message envoyé lundi.

À voir également: