POLITIQUE
03/04/2018 18:50 EDT | Actualisé 03/04/2018 18:50 EDT

Andrew Scheer accepte de rencontrer Daniel Jean sur le voyage en Inde de Trudeau

Daniel Jean avait soutenu devant des journalistes, sous le couvert de l'anonymat, que l'«affaire Jaspal Atwal» avait été créée de toutes pièces.

THE CANADIAN PRESS/Adrian Wyld

Le chef conservateur accepte l'offre du gouvernement de rencontrer à huis clos le conseiller à la sécurité nationale de Justin Trudeau pour discuter du voyage officiel plutôt houleux du premier ministre en Inde — mais à ses conditions.

Andrew Scheer soutient ainsi que Daniel Jean pourrait très bien témoigner en présence de journalistes et de députés conservateurs puisque de l'aveu même du gouvernement, le conseiller n'a pas dévoilé de renseignements classifiés aux journalistes le mois dernier.

En fait, les conservateurs croient que le conseiller Jean a effectivement dévoilé des renseignements classifiés aux journalistes à ce moment-là.

Le chef conservateur a indiqué mardi qu'il acceptait l'offre du gouvernement d'obtenir un entretien privé avec M. Jean. Mais M. Scheer précise par contre qu'il invitera les membres du caucus conservateur et des médias à la partie de la rencontre qui portera sur de l'information non classifiée. Et il a informé le gouvernement que s'il veut partager de l'information classifiée additionnelle, les membres du caucus conservateur qui sont aussi membres du Conseil privé de la reine resteront dans la salle pour un entretien distinct.

Pendant le voyage officiel du premier ministre en Inde, Daniel Jean avait soutenu devant des journalistes, sous le couvert de l'anonymat, que l'«affaire Jaspal Atwal» avait été créée de toutes pièces par des membres du gouvernement indien pour embarrasser M. Trudeau, soupçonné par New Delhi de sympathie à la cause indépendantiste sikhe.

Jaspal Atwal avait été invité à deux réceptions officielles en Inde, auxquelles participait M. Trudeau. Or, cet Indo-Canadien avait été condamné au Canada il y a trente ans pour sa tentative d'assassinat d'un ministre indien, au nom du séparatisme sikh.

«Le premier ministre a blâmé des éléments voyous du gouvernement indien pour la présence de Jaspal Atwal en Inde, mais depuis, le gouvernement indien, (le député libéral) Randeep Sarai, Jaspal Atwal et la ministre des Affaires étrangères ont tous réfuté les affirmations de Justin Trudeau», écrit M. Scheer dans un communiqué, mardi.

VOIR AUSSI: