BIEN-ÊTRE
02/04/2018 08:01 EDT | Actualisé 02/04/2018 09:39 EDT

Les psychologues googlent-ils leurs patients?

Ce serait déconseillé, mais...

Google peut se révéler très utile, mais aussi dévastateur.

Les employeurs l'utilisent pour se renseigner sur leurs futurs employés et s'assurer que leur profil correspond bien à la culture de leur entreprise. De même, une petite recherche rapide peut vous faire gagner du temps et vous rassurer avant un premier rendez-vous galant avec un parfait inconnu. Et quand vous cherchez un médecin, vous avez sans doute tendance à vérifier les notes et commentaires attribués au praticien chez lequel vous souhaitez vous rendre.

Et s'il vous googlait lui aussi?

Le HuffPost américain a demandé à plusieurs professionnels de la santé mentale de nous en dire plus sur leurs habitudes en la matière. Voici un petit aperçu ce qu'ils ont bien voulu nous confier.

Parfois... mais seulement en cas de nécessité absolue

La plupart des psychologues s'accordent à dire qu'il est déconseillé de googler un patient avant un rendez-vous, car cela peut constituer une violation de l'éthique professionnelle. Mais, pour des raisons de sécurité, il est parfois nécessaire de prendre certaines précautions.

"Je reçois souvent mes patients chez moi. Il est donc primordial pour moi de vérifier leur identité et de m'assurer que ce que j'ai entendu lors du premier entretien téléphonique correspond bien à la personne qui se présente", déclare Michele Moore, conseillère professionnelle, coach agréée et experte en relations, installée au Nouveau-Mexique. "Ce n'est pas pour autant que je vais les faire suivre par un détective privé. Une recherche rapide à partir de leurs noms, sur Google ou Facebook, suffit en général. Cela m'évite de trop m'immiscer dans leur vie privée et aussi de me faire des idées préconçues."

Il y a toujours un risque, certes peu probable, que vous sachiez quelque chose avant que le patient ne l'apprenne ou même qu'il vous en parle. Comment gérerez-vous ce genre de situation? Robin Hornstein, psychologue

Sheri Heller, travailleuse sociale en clinique, estime aussi que ces recherches préliminaires peuvent être bénéfiques. Ainsi, elle soupçonnait un patient de ne pas lui avoir dit toute la vérité sur son casier judiciaire et ses troubles du comportement, au risque de représenter un danger pour lui-même et pour autrui. C'est typiquement le genre d'informations qui peuvent être utiles aux professionnels. Après une rapide recherche, les craintes de la praticienne se sont révélées fondées.

Dans les autres cas, les thérapeutes adoptent une approche neutre

Les professionnels de la santé mentale préfèrent généralement fonder les décisions prises en consultation à partir des informations directement glanées auprès du patient. S'ils privilégient cette méthode, c'est notamment parce qu'ils arrivent ainsi en consultation dépourvus de tout préjugé et peuvent offrir un avis et des conseils impartiaux.

"Je veux rester imperméable aux influences extérieures, et je veux voir la personne en face de moi de façon aussi objective que possible", déclare Patrick Schultz, un psychothérapeute travaillant dans le Wisconsin. "Fureter sur Internet ne m'aide pas à mieux faire mon travail."

Les recherches sur Google peuvent perturber le bon déroulement de la thérapie

Si les professionnels de santé évitent de céder à la tentation des recherches sur Internet, c'est aussi parce qu'elles peuvent nuire au processus thérapeutique, explique Erin K. Tierno, travailleuse sociale en clinique et psychothérapeute dans le Colorado.

"D'après moi, c'est le patient qui fournit la part la plus importante du travail effectué en thérapie, en se dévoilant au fur et à mesure que se développe une relation de confiance avec moi", explique-t-elle. "S'ouvrir à une autre personne et explorer des aspects inconnus de son être comportent des risques, et mon travail consiste à maintenir une relation et un cadre sûrs, afin que le risque soit perçu comme une occasion de se dépasser plutôt que comme un saut dans le vide."

Wavebreakmedia via Getty Images

Il se peut même que les informations récoltées soient inexactes

Pour Robin Hornstein, psychologue basée à Philadelphie, c'est la possibilité de tomber sur des informations inexactes qui l'a en partie convaincue de ne pas effectuer de recherches sur ses patients. Elle évoque un autre point important: le risque de prendre le patient au dépourvu en lui révélant des informations dont il n'est pas encore au courant.

"Il y a toujours un risque, certes peu probable, que vous sachiez quelque chose avant que le patient ne l'apprenne ou même qu'il vous en parle. Comment gérerez-vous ce genre de situation?" demande-t-elle.

Pas de traitement de faveur pour les stars

Il arrive que les psychologues reçoivent des patients dont la vie privée n'est un secret pour personne. Mais Erin K. Tierno rappelle que les stars sont exactement comme tout le monde, et précise qu'il est important que les professionnels de la santé mentale se rendent compte qu'ils en savent peut-être moins qu'ils ne le pensent sur la personne qui vient les voir en consultation.

"Il apparaît vite que la personne privée est très différente du personnage public", dit-elle. "Je ne m'intéresse pas à ce que le monde extérieur ressent ou projette sur une personne qui est engagée dans un processus d'introspection approfondi."

Pour Kerrie Thompson Mohr, travailleuse sociale en clinique et psychothérapeute à la tête d'un cabinet new-yorkais, googler un patient sans lui demander son accord préalable revient à violer l'éthique professionnelle. Cependant, elle s'est aperçue que les stars avaient des besoins différents des patients ordinaires.

"Nous avons travaillé avec des personnes célèbres et des personnages publics dans notre cabinet, et nous nous tenons au courant de l'influence néfaste des médias sur leur vie et leur santé à partir des informations qu'ils nous donnent. Nous ne les googlons pas et nous n'allons pas regarder leur profil sur les réseaux sociaux", dit-elle.

Dans le pire des cas, googler un patient peut briser la confiance

Mener des recherches sur un patient peut aussi conduire les psys sur un terrain glissant et les prédisposer à révéler par inadvertance une information qu'ils ont trouvée sur Internet. Ce genre d'incident peut nuire considérablement à la relation qu'ils ont construite avec leur patient.

"En tant que psychologue, je suis censée être neutre, à l'écoute et dénuée de jugement", explique Tammer Malaty, conseillère professionnelle au Malaty Therapy à Houston. "Si je cherche des informations sur mes patients, je renonce à un principe essentiel à la construction d'une relation de confiance avec eux."

Cet article, publié à l'origine sur le HuffPost américain, a été traduit pour le HuffPost France par Élisabeth Mol pour Fast For Word.

À voir également: