BIEN-ÊTRE
02/04/2018 20:48 EDT | Actualisé 02/04/2018 20:48 EDT

La gestion du réfrigérateur au bureau, un enjeu controversé

Vous avez déjà vu des notes passives agressives dans le frigo du bureau?

AP/Stace Maude

L'histoire d'un plat de riz frit aux crevettes manquant dans un réfrigérateur de bureau a fait beaucoup jaser sur les médias sociaux dans les derniers jours et met les projecteurs sur un enjeu souvent ignoré, mais pouvant alimenter bon nombre de conflits en milieu de travail: la civilité dans le réfrigérateur.

Les interactions liées à la gestion du réfrigérateur dans un bureau — qui est parfois rempli de notes passives agressives laissées sur les étagères, et de restants en décomposition — en disent beaucoup sur le comportement des employés, selon des experts.

Eddy Ng, professeur à l'école de gestion Rowe de l'Université Dalhousie, croit qu'un réfrigérateur de bureau représente un microcosme du milieu de travail, et permet d'en savoir davantage sur les relations interpersonnelles des employés, leurs styles de communication et leurs types de personnalité.

«Ça peut sembler plutôt banal, mais cela peut se manifester par beaucoup plus que des vols de repas. Cela accentue les personnalités des gens et les attitudes envers leurs collègues», a-t-il souligné en entrevue depuis Halifax.

Des internautes ont vivement débattu de ce sujet dans les derniers jours à la suite de la publication d'une série de micromessages sur un riz frit qui aurait été volé dans un bureau.

Zak Toscani, un écrivain et humoriste, a écrit sur Twitter que le repas de son collègue avait été volé. Dans ses messages, il a expliqué avec humour les tenants et aboutissants de «l'enquête».

Selon son récit, le collègue affamé a demandé à regarder les bandes vidéo de la caméra de sécurité, ce qui a révélé l'identité de la «voleuse».

«Le repas a été dans le réfrigérateur moins d'une heure avant de disparaître», a-t-il écrit, ajoutant que la «psychopathe» n'avait même pas mangé le riz frit, mais qu'elle l'avait plutôt enterré dans les poubelles.

«Nous ne savons pas de quoi cette femme est pleinement capable», a-t-il ajouté.

Cette série de messages a été plusieurs fois partagée et a suscité des discussions passionnées sur la toile. Certains internautes ont suggéré de transposer cette histoire dans un film, alors que d'autres ont spéculé sur la possibilité que la voleuse présumée ait agi par vengeance.

«C'est fou», a déclaré M. Toscani en entrevue depuis Los Angeles.

«C'est devenu une conversation parce que tant de gens se sont fait voler ou jeter leur repas. Des situations comme ça semblent très répandues en milieu de travail.»

Un espace propice au conflit

Andrea Bonior, une psychologue clinicienne et professeure à l'Université de Georgetown, souligne que les cuisines en milieu de travail sont le théâtre de plusieurs conflits.

«Les gens sont dans un espace restreint, où la cuisine du bureau a un niveau d'intimité non désirée. On veut plus d'intimité, mais on doit utiliser le réfrigérateur commun», a-t-elle analysé.

Andrea Bonior, qui anime aussi une plateforme de discussion sur le site du «Washington Post», indique que cet espace est propice à des commentaires passifs agressifs étant donné que l'enjeu de l'alimentation peut être délicat pour certaines personnes, qui suivent des diètes ou qui éprouvent d'autres problèmes.

«On a probablement besoin d'interagir avec les gens pour régler un problème, mais plutôt que d'y faire face, les gens vont souvent laisser des notes», a-t-elle soutenu.

«Ça amène vraiment des enfantillages dans le milieu de travail.»

Andrea Bonior a recommandé d'avoir une conversation personnelle, directe et respectueuse lorsque survient un conflit.

«Aussi drôle que puisse sembler cette histoire, en général, il est mieux d'éviter ce genre de drame secret qui risque d'humilier et d'offenser les gens», a-t-elle suggéré.

Galerie photo10 aliments à ne pas ranger dans votre frigo Voyez les images