NOUVELLES
02/04/2018 15:00 EDT | Actualisé 03/04/2018 05:38 EDT

Controverse entourant un sondage envoyé à des membres d'Aéroplan

Les participants devaient notamment dire s'ils croient que l'homme conserve une «supériorité naturelle» sur la femme.

Aeroplan.com

Un sondage visant à mieux comprendre les valeurs de ses abonnés a mis Aéroplan dans l'embarras, en raison de questions jugées «alarmantes».

La compagnie mère d'Aéroplan, Aimia, a été forcée de s'excuser et de supprimer toutes les données colligées dans le cadre du sondage à la suite d'un reportage de CBC News.

Le média, qui avait été contacté par une utilisatrice inquiète, Lacey Willmott, faisait état de questions controversées sur l'immigration, la famille et le rôle des femmes dans la société. Les répondants devaient notamment indiquer s'ils étaient en accord avec les énoncés suivants:

  • «Globalement, il y a trop d'immigration, ça menace la pureté du pays.»
  • «Le père de famille doit commander chez lui.»
  • «Quoi qu'on dise, l'homme conserve certaines supériorités naturelles sur la femme contre lesquelles on ne peut rien.»

Dans un courriel envoyé au HuffPost Québec, Christa Poole, la chef aux communications externes chez Aimia, a tenu à «s'excuser aux membres qui ont été offensés par le sondage» réalisé par la firme CROP, dont les questions «n'avaient pas été révisées adéquatement à l'interne».

Des questions «utilisées depuis 30 ans»

De son côté, le président de CROP, Alain Giguère, estime que l'affaire a pris des proportions démesurées.

«Ces questions-là sont utilisées depuis 30 ans. Elles ont été testées à maintes reprises», a-t-il expliqué en entrevue avec le HuffPost Québec. Elles font partie d'un questionnaire utilisé annuellement par la firme à l'échelle du pays pour mesurer les valeurs des Canadiens. Comme l'a souligné Christa Poole, elles ont même été utilisées l'an dernier dans un sondage réalisé pour le compte de CBC News, premier média à rapporter l'histoire.

«C'est vrai qu'elles peuvent être un peu choquantes, mais statistiquement, ça nous apparait les meilleurs indicateurs pour savoir si quelqu'un est tolérant.»Alain Giguère, président de CROP

Lorsqu'il travaille avec une marque, comme Aéroplan, M. Giguère utilise ces mêmes questions pour déterminer si les gens avec qui elle fait affaire sont plus ou moins conservateurs que l'ensemble de la population.

Le président de CROP note qu'une mise en garde apparait toujours avant cette série de questions. «On explique que ce sont des questions sur vos valeurs personnelles, qu'elles peuvent paraître choquantes et visent à comprendre qui vous êtes comme personne.»

Des réponses étonnantes

Si les questions peuvent sembler aberrantes pour certains, Alain Giguère souligne que 40% des Canadiens sont aujourd'hui d'accord pour dire que l'immigration «menace la pureté du pays». Un Canadien sur trois estime quant à lui que «le père de famille doit commander chez lui», ajoute-t-il.

«Je trouve que cette histoire a pris une tournure extrêmement triste. C'est du Aéroplan-bashing. [Lacey Willmott, la femme qui a contacté CBC News] prête des intentions à Aéroplan et elle ne comprend visiblement pas ce qu'on fait comme travail», déplore-t-il.

Avec Daniel Tencer, HuffPost Canada