NOUVELLES
31/03/2018 15:26 EDT | Actualisé 31/03/2018 15:26 EDT

Cette présentatrice de Fox News s'est moquée d'un rescapé de Parkland David Hogg, la riposte a été féroce

Laura Ingraham a tenté de s'excuser, mais trop tard.

AFP

Après s'être moquée de l'un des lycéens qui a survécu à la fusillade de Parkland et qui est devenu l'une des figures du mouvement anti-armes, une célèbre éditorialiste ultra-conservatrice se mord les doigts.

La polémique a débuté ce mercredi 28 mars quand Laura Ingraham, chroniqueuse politique et présentatrice sur Fox News, a jugé bon d'accuser David Hogg, 17 ans, de "pleurnicher" après s'être vu refuser l'entrée de quatre universités.

Selon elle, cette décision était "totalement prévisible" étant donnée la moyenne générale de l'élève. Une note tout de même équivalente à un 16/20 en France...

Le tollé a été immédiat, une grande partie des internautes n'en revenant pas qu'une adulte s'en prenne à un étudiant et se moque de lui publiquement. David Hogg, fort de ses quelque 700.000 followers, n'a pas apprécié non plus et a dressé une liste des entreprises qui sponsorisaient la chroniqueuse, avant d'inviter chacun à interpeller les marques pour leur demander si elles cautionnaient ce genre de comportement.

La chroniqueuse américaine a rapidement senti le vent tourner et a décidé, 24 heures plus tard, de présenter ses excuses. "Après réflexion, et dans l'esprit de la Semaine sainte, je m'excuse pour toute peine ou blessure que mon tweet a causées à lui, ou à toute autre victime courageuse de Parkland", a-t-elle écrit sur Twitter notant que "n'importe quel étudiant devrait être fier d'avoir une moyenne pareille".

Des excuses qui sont arrivées après que les sociétés TripAdvisor, Wayfair (mobilier d'intérieur) et Nutrish (aliments pour animaux de compagnie) avaient annoncé cesser leur collaboration avec Laura Ingraham et que Nestlé avait de son côté indiqué son intention de ne plus acheter d'espace publicitaire pendant son émission.

Trop tard pour David Hogg: le lycéen a commenté dans la foulée que "des excuses pour mettre fin à la fuite des sponsors ne suffisent pas". "Je n'accepterai vos excuses que lorsque vous dénoncerez la façon dont Fox News a traité mes amis et moi dans notre combat contre les armes. Il est temps d'aimer son voisin, pas de calomnier des enfants".

La quinquagénaire a ensuite eu l'occasion de voir que ses paroles n'avaient effectivement pas eu l'effet escompté. Son programme, qui est régulièrement le 4e plus regardé des émissions d'informations du câble américain, a continué de perdre des marques comme Hulu (plateforme de vidéo à la demande), Office Depot, Jenny Craig (programme d'amincissement) ou encore Johnson & Johnson (industrie pharmaceutique).

Coup dur pour la présentatrice qui a en prime annoncé vendredi, en direct pendant son émission "The Ingraham Angle" -où les publicités étaient en grande partie remplacées par des clips ventant d'autres programmes de Fox News- qu'elle allait prendre une semaine de repos "pour Pâques"(ci-dessous). "Mais pas d'inquiétude, plein d'excellents invités me remplaceront", a-t-elle assuré tout sourire.

"L'occasion de faire une bonne introspection en cette Semaine sainte", a ironisé David Hogg, prouvant une fois encore la force de frappe des lycéens rescapés de Parkland malgré les attaques qu'ils subissent quotidiennement de la part des pro-armes à feu.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.