NOUVELLES
31/03/2018 08:53 EDT | Actualisé 31/03/2018 11:27 EDT

L'absence de hausse de taxes sur le tabac dans le budget québécois crée de la déception

Le Québec s'est fixé comme cible de réduire le taux de tabagisme à 10 % d'ici 2025.

ChrisAt via Getty Images

La Société canadienne du cancer est déçue que le gouvernement du Québec n'ait pas profité de son dernier budget pour augmenter les taxes sur le tabac.

La directrice générale de l'organisation au Québec, Suzanne Dubois, estime qu'une hausse des taxes aurait pu réduire le tabagisme, particulièrement chez les jeunes, dont le revenu disponible est moindre.

Mme Dubois souligne que le Québec est la province canadienne avec le plus faible taux d'imposition sur le tabac et, par conséquent, la province où le coût des cigarettes est le plus bas au pays.

La Société canadienne du cancer (SCC) rappelle que, dans le cadre de sa récente politique gouvernementale de prévention en santé, le Québec s'est fixé comme cible de réduire le taux de tabagisme à 10 pour cent d'ici 2025.

Selon l'analyste principal des politiques de la SCC, Rob Cunningham, la province peut toujours atteindre cette cible, mais pour ce faire, il faudra agir rapidement et "de manière agressive".

Et la taxation est de loin la stratégie la plus efficace pour lutter contre l'"épidémie" du tabagisme, fait-il valoir.

Le tabac cause un tiers des cancers mortels dans la province, rappelle M. Cunningham.

Une hausse de 10 pour cent du prix des cigarettes se traduit généralement par une baisse de la consommation de 4 pour cent, peut-on lire sur le site web de la SCC.

M. Cunningham s'explique donc mal pourquoi le Québec s'y refuse, alors que le taux de taxation du tabac atteindra en avril près du double de celui du Québec dans une majorité de provinces et territoires.

Pour une cartouche de 200 cigarettes, le Québec impose une taxe de 29,80 $.

La SCC réclame également au gouvernement québécois d'interdire les produits du tabac aromatisés et d'adopter un emballage neutre et standardisé, entre autres.