POLITIQUE
30/03/2018 17:45 EDT | Actualisé 30/03/2018 17:45 EDT

Québec annonce une entente de principe avec les médecins résidents

Le ministre de la Santé déclare que l'accord «respecte le cadre budgétaire du gouvernement».

The Canadian Press Images

Le gouvernement provincial annonce avoir conclu une entente de principe avec la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ).

Les 3600 médecins résidents, qui étaient sans contrat de travail depuis trois ans, avaient récemment accentué leurs moyens de pression dans le but de renouveler leur entente collective.

Le 12 mars, ils s'étaient abstenus de leurs tâches d'enseignement, après s'être dotés d'un mandat de grève générale en février.

Dans le cadre de leur travail, les médecins résidents enseignent aux étudiants en médecine qui font leur stage d'externat dans les hôpitaux.

Aucun détail de l'entente n'a été précisé. Par voie de communiqué vendredi, le ministre de la Santé Gaétan Barrette déclare simplement que l'accord «respecte le cadre budgétaire du gouvernement et s'avère cohérent avec l'ensemble des ententes conclues avec les autres professionnels de la santé».

Québec affirme que le contenu de l'entente sera présenté prochainement aux membres de la FMRQ.

Les points en litige étaient la rémunération, la durée des gardes, les congés pour études et pour la préparation des examens, de même que les prestations de maternité. Ces dernières sont calculées sur la rémunération de base, sans tenir compte des primes touchées, qui peuvent représenter 20 pour cent de la rémunération.

Les médecins résidents avaient voté en faveur d'un mandat de grève générale dans une proportion de 98 pour cent, au début du mois de février.

Le ministre Gaétan Barrette, qui avait été interrogé à ce sujet en février, avait soutenu que les demandes des médecins résidents n'étaient «même pas dans la même galaxie» et que les montants d'argent qu'ils revendiquaient étaient «extrêmement élevés».

Le ministre avait rapporté que ceux-ci demandaient 30 pour cent d'augmentation, mais ces derniers avaient soutenu que leur demande avait été abaissée à 17 pour cent, sans que le ministère fasse ensuite son bout de chemin.

VOIR AUSSI: