POLITIQUE
30/03/2018 12:45 EDT | Actualisé 30/03/2018 12:46 EDT

François Legault tape sur le clou de la péréquation

Il estime que c’est «gênant» que le Québec reçoive 11,7 milliards $ cette année.

LA PRESSE CANADIENNE

QUÉBEC – C'est passé plutôt inaperçu cette semaine, mais le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a tweeté son indignation à plusieurs reprises à propos des 11,7 milliards de dollars que le Québec recevra cette année en paiements de péréquation.

La Presse révélait jeudi que le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, avait des notes de breffage préparées lors de la dernière rencontre avec ses homologues des provinces, en décembre dernier, pour expliquer à l'Alberta pourquoi le Québec recevait encore des paiements alors que son économie est en pleine croissance.

M. Legault a partagé l'article, qui mentionne effectivement que M. Morneau était préparé à dire que le Québec est moins prospère que la moyenne des provinces. «Le Québec peut et doit faire mieux!» a commenté le chef de la CAQ.

Lors de la journée du budget, M. Legault a tapé sur le clou de la péréquation – dont le montant de 11,7 milliards avait déjà été dévoilé par Ottawa – pour déplorer «l'échec libéral».

«Jamais le Québec n'a été aussi dépendant économiquement et fiscalement de la richesse du reste du Canada. C'est gênant!» a pesté le chef de la CAQ lors de son point de presse en réaction au budget.

Une réaction partagée par Carl Vallée, porte-parole de la Fédération canadienne des contribuables, qui aurait aimé voir un plan pour que le Québec sorte de sa «dépendance économique» et devienne une «province financièrement et économiquement autonome».

«Clairement, c'est un gouvernement qui n'a pas cette ambition-là et qui, dans son budget, essaie de relativiser les 11,7 milliards de dollars que le Québec va recevoir en péréquation en 2018-2019, ce qui pour nous est une déception.»

Comment la CAQ compte-t-elle s'y prendre?

La réplique du directeur des relations médias du premier ministre Philippe Couillard ne s'est pas fait attendre : il a sommé M. Legault d'expliquer comment il ferait pour mettre fin aux paiements de la péréquation.

En entrevue à l'émission matinale de Paul Arcand, M. Legault a laissé filtrer quelques détails sur son plan. Il estime que pour atteindre la «péréquation zéro», le Québec doit doubler son chiffre d'investissements privés – de 30 à 60 milliards de dollars par année.

Si son parti forme le gouvernement, il compte «complètement» changer le rôle d'Investissement Québec. Il a l'intention que les Québecois deviennent «plus agressifs» pour convaincre les entreprises dans le secteur manufacturier et les technologies de l'information d'investir ici.

Mais comment compte-t-il y arriver, alors qu'il y a une pénurie de main-d'œuvre dans plusieurs régions du Québec et qu'il compte réduire le nombre d'immigrants de 20%? Là, la réponse est restée plus évasive.

M. Legault est convaincu que les emplois payants se combleront assez facilement et attireront la main d'œuvre spécialisée.

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

À voir aussi sur le HuffPost: