NOUVELLES
27/03/2018 07:12 EDT | Actualisé 27/03/2018 07:12 EDT

Uber: Rien ne va plus pour les voitures autonomes

Interdits en Arizona, les taxis sans conducteur de l'entreprise sont accusés par Google de n'être pas assez efficaces.

Les autorités de l'Arizona ont interdit ce lundi 26 mars à Uber de faire rouler des voitures autonomes sur les routes de cet Etat du sud-ouest des Etats-Unis en raison de l'accident qui a coûté la vie à une piétonne mi-mars.

Uber, qui mise gros sur cette technologie, avait annoncé de lui-même dès le lendemain du drame qu'il suspendait tous ses tests de véhicules autonomes sur la voie publique. Depuis, la société est lâchée et critiquée de toute part.

Une vidéo de l'accident avait ensuite été rendue publique par la police (voir au haut de cet article). "J'ai trouvé cette vidéo choquante et inquiétante, et elle soulève de nombreuses questions quant à la capacité d'Uber à continuer les tests" dans cet état, a écrit le gouverneur d'Arizona, l'un des Etats à la législation la plus souple en matière de conduite autonome.

"Nous continuons à aider les enquêteurs de notre mieux et comptons continuer à dialoguer avec les services du gouverneur", a indiqué à l'AFP une porte-parole d'Uber.

Google > Uber ?

Une enquête a été ouverte par la police ainsi que par le régulateur des transports sur cet accident, qui a ravivé les craintes entourant la technologie autonome censée, selon ses partisans, réduire le nombre d'accidents routiers .

Dans la vidéo du drame, on voit notamment "l'opératrice" (la personne assise sur le siège conducteur chargée de surveiller les opérations quand la voiture est en mode autonome) regarder durant plusieurs secondes vers le bas, puis redresser la tête un instant avant que la voiture heurte une femme traversant à pied avec un vélo en dehors du passage protégé.

Mais la grande question, c'est de savoir pourquoi l'algorithme qui dirige la voiture autonome n'a pas réagi face à ce danger. Et sur ce point, peu défendent Uber.

Waymo, la filiale dédiée d'Alphabet/Google qui teste aussi des véhicules de ce type en Arizona, a réagi dimanche à la polémique. Le PDG John Krafcik s'est dit troublé par l'accident car "cette voiture était équipée des technologies représentant l'ensemble du secteur de conduite autonome".

Mais il a également déclaré que la technologie de Waymo aurait pu éviter l'accident, soulignant que ses véhicules autonomes avaient parcouru depuis 2009 plus de 8 millions de kilomètres sur des routes fréquentées par des piétons sans être impliqués dans un accident mortel.

Le vendeur de capteurs rejette la faute sur Uber

La voiture d'Uber aurait donc eu un problème. Mais lequel? Et si les capteurs avaient mal fonctionné? Beaucoup d'experts s'interrogent sur l'efficacité du Lidar des taxis de la start-ups. Ces "radars lasers" sont les principaux yeux des véhicules autonomes. Ils sont censé voir parfaitement dans le noir.

Velodyne, la société qui équipe Uber en Lidar, a justement précisé à Bloomberg être "déroutée" par cet accident. Et ne pense pas que le capteur soit en cause. Quitte à rejeter la faute sur Uber.

"Il est certain que notre Lidar est capable de montrer clairement Elaine et son vélo dans cette situation. Pour autant, notre Lidar ne prend pas la décision de freiner ou de se mettre hors de son chemin", précise Marta Thoma Hall, la présidente de la société.

Il faudra attendre la fin de l'enquête pour savoir à qui revient véritablement la faute.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.