DIVERTISSEMENT
27/03/2018 11:48 EDT | Actualisé 27/03/2018 11:55 EDT

«Plan B» pourrait avoir une troisième et une quatrième saison

Pour sa part, Sophie Lorain incarnera le personnage principal de la deuxième saison.

Facebook/Séries+

À l'origine, la série Plan B ne devait être l'affaire que d'une seule saison. Or, la bonne nouvelle a été annoncée lundi : la fiction qui nous a tenus en haleine sur Séries+, l'an dernier, change d'adresse et se poursuivra dès l'automne sous les auspices de Radio-Canada, dans un tout nouvel univers.

Les colosses à la camionnette devront ajuster leurs GPS : les six épisodes de Plan B 2 se déploieront d'abord sur la section Véro.tv de Tou.tv Extra en novembre prochain, avant d'aboutir à la télévision radio-canadienne quelque part dans la saison suivante.

C'est le chambardement causé par l'abandon des productions originales québécoises par Séries+ qui a occasionné ce déménagement.

Louis Morissette produit encore avec KOTV, Jean-François Asselin réalise toujours et cosigne les textes avec Jacques Drolet, mais l'histoire, cette fois, se concentrera sur Florence (Sophie Lorain), âgée dans la fin quarantaine, populaire animatrice d'une émission très écoutée à la radio et militante féministe. Florence est de ces femmes qui font bouger les choses, a spécifié Sophie Lorain, lundi.

Mère de deux adolescents, Marilou et Félix (Emi Chicoine et Alex Godbout), Florence partage un duplex avec son ex-conjoint, le père de sa progéniture, Nicolas (Luc Guérin), et tous deux entretiennent une relation très harmonieuse. Nicolas a refait sa vie avec Marlène (Tanya Kontoyanni).

Evelyne de la Chenelière et Tammy Verge personnifieront les co-animatrices de Florence à la radio, et Steve Gagnon, le réalisateur de cette émission quotidienne. Le personnage de Tammy Verge aura comme signe distinctif une cicatrice à la joue... qui servira peut-être de repère temporel pour le public dans les mille et un voyages dans le temps de Florence avec Plan B.

C'est un drame familial impliquant la fille de Florence, Marilou, 15 ans, et la meilleure amie de celle-ci (incarnée par Milya Corbeil-Gauvreau) qui déclenchera le tourbillon dans la vie de Florence, et l'incitera à contacter Plan B. Jusque-là sûre d'elle et pratiquement sans failles dans son existence, la communicatrice constatera que certains pans de son quotidien voguent à la dérive.

Est-ce qu'user du stratagème Plan B lui permettra de sauver sa fille? De repenser sa carrière? De remodeler sa vie sociale? De revivre son rapport avec le père de ses enfants?

En toile de fond, le Plan B nouveau pose les questions : un parent est-il responsable du mal de vivre de ses enfants, et jusqu'où peut-il aller pour les rescaper?

Un autre point de vue

Exit, donc, les protagonistes de la première mouture de Plan B, Philippe (Louis Morissette) et son obsédant besoin de contrôle, sa douce Évelyne (Magalie Lépine-Blondeau) et son beau-frère retors Patrice (Émile Proulx-Cloutier), on repart à neuf dans le petit monde de Florence et des siens.

Seul le principe de la compagnie Plan B et la camionnette qui recule rappelleront la première intrigue. Mais on n'en saura pas plus sur la raison d'être et les rouages de cette mystérieuse entreprise.

Et l'aventure pourrait ne pas s'arrêter là : le producteurs et le tandem de scénaristes envisagent d'autres «suites» possibles à Plan B, si le public est toujours intéressé.

«C'est pendant qu'on le faisait qu'on s'est dit que ça pouvait continuer avec un autre point de vue, un autre personnage», a précisé Louis Morissette, expliquant la raison d'être de ce deuxième volet.

«Là, on se dit qu'on peut faire encore deux ou trois ans. Mais je n'aurais pas été déçu si ça n'avait pas continué», a ajouté le grand manitou de l'épopée Plan B, qui se dit un peu déçu de ne pas pouvoir jouer dans cette prolongation comme comédien, mais qui, à titre de producteur, est convaincu du bien-fondé de la décision.

Les créateurs Jean-François Asselin et Jacques Drolet se disent eux aussi prêts à continuer de créer de nouvelles tranches à Plan B dans les années à venir, si la demande y est. Radio-Canada n'a toutefois rien confirmé en ce sens.

«Au début, on se concentrait sur une saison un, a raconté Jean-François Asselin. On ne voulait pas étirer le concept, si ça devait revenir. Mais on se disait que ça serait intéressant que d'autres personnes trouvent le Plan B. Rapidement, pendant la production de la première saison, on a eu l'idée de Florence. Et on a des idées pour des saisons trois et quatre. On trouve ce potentiel fort, de traiter de dynamiques, d'univers différents.»

«Quand on est arrivés devant André (Béraud, directeur des dramatiques, NDLR) à Radio-Canada, il nous posait la question, et c'était légitime de la poser; il disait que les téléspectateurs auraient compris, que ça ne donne rien de revenir dans le passé, relate Jacques Drolet. Mais nous, on l'utilise comme prétexte. (Le voyage dans le temps) est un outil qui sert à entrer plus facilement dans un univers psychologique. L'idée est de changer d'univers, et de poser la question : qu'est-ce qui ferait que j'utiliserais Plan B?»

Louis Morissette a concédé que Plan B 2, comme Plan B, revêtira une atmosphère un brin étouffante psychologiquement, haletante, qui happera tout autant le téléspectateur.

«Étant donné qu'on suit un personnage tout le temps, on entre vraiment dans sa bulle et, quand il manque d'oxygène, on en manque avec. Ce n'est pas encore tourné, mais sur papier, je pense que le ton est similaire. C'est extrêmement touchant. Troublant, même.»

Des adaptations du premier chapitre de Plan B sont présentement en développement à l'échelle internationale, notamment en France et en Allemagne.

À voir également :

Galerie photoLes nouveautés de la semaine sur Netflix Canada Voyez les images